A l’étranger, la politique intérieure reprend ses droits

A l’étranger, la politique intérieure reprend ses droits

A Mamoudzou, Mayotte, le jour du premier tour des élections législatives, le 12 juin 2022.

La météo électorale à l’étranger lors du premier tour des législatives, samedi 11 juin et dimanche 12 juin – à l’exception de la Polynésie française, qui a voté une semaine plus tôt – a été marquée par une forte baisse de la participation. A La Réunion, en Guyane, en Guadeloupe ou en Martinique, il approche ou dépasse 70 %, et atteint 78,4 % dans cette dernière. La seule exception notable est Wallis et Futuna, avec un taux de participation de 78,22%, mais en baisse de 3 points par rapport à 2017.

Atlantique

La politique locale en Guadeloupe retrouve ses droits aux législatives après le fossé d’Emmanuel Macron à la présidentielle. Ainsi, en 2e La circonscription, la nouvelle secrétaire d’État à la mer, Justine Bénin, retranchée dans son territoire et investie par un collectif ! Le Nouveau Consortium Populaire Environnemental et Social (Nupes). en 4eLe maire socialiste de Saint-Claude, Elie Claver, devance l’ancienne ministre de Sarkozy, Marie-Los Pinchard, investie par Ensemble !. Bien qu’il n’ait pas été réinvesti par La République en marche (LRM), le député sortant depuis 1répéterOlivier Cerva domine le premier tour. La première manche, cependant, confirme également la percée du Rallye National (RN). Ainsi, en 3e La circonscription, son candidat, Rudi Tulasi, devance le député sortant Max Matthiassen, l’opposition MoDem, et le candidat investisseur d’Ensemble !, Ferdy Louisy.

Lire aussi : Abstention record aux Antilles, second tour serré attendu pour Justin Benin en Guadeloupe

En Martinique, les vents des extrêmes continuent de souffler. Trois des quatre circonscriptions présenteront des duels de second tour entre les représentants de Peyi-A, qui regroupe d’anciens membres des différentes formations indépendantistes, et Gran Sanblé pou Matinik, le mouvement dirigé par l’Increvable Alfred Mary Jane, 85 ans, l’ancien président de la même communauté candidat en 4e La circonscription, où il a retrouvé celui qui l’a frappé en 2017, Jean-Philippe Naylor. L’avantage net, en général, de Peyi-A, qui sera également présent dans 3e Circonscription électorale, de Fort-de-France. Son candidat a cette fois été largement devancé par le candidat soutenu par le président du Parti progressiste Martini et l’autorité locale, Serge Lechem. Si les trois candidats présentés par La France Insoumise (LFI) dépassent les 10 %, les candidats du parti RN situés dans les quatre circonscriptions, et les deux candidats investis par la coalition présidentielle perdent.

Il vous reste 53,48% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published.