Après une chute entraînante, le blues irréfléchi du début de l’été

Après une chute entraînante, le blues irréfléchi du début de l’été

Ravi peut-être d’un jeune fan venu réclamer son maillot, Karim Benzema avait l’air branlant, comme ses coéquipiers. Lors de leur quatrième match de la Ligue des Nations 2022, les Bleus ont de nouveau échoué à trouver la clé, lundi 13 juin, avec une défaite face aux Croates (0-1). Pire encore, ils ne montraient presque rien.

La France a perdu ses chances de conserver son titre dans la compétition, mais elle a également terminé une série de 23 matches consécutifs avec au moins un but par match, qui a débuté en novembre 2020. Ces matchs se sont terminés alors que les Bleus ont su réagir après avoir encaissé le premier. objectif. Ils n’ont pas perdu dix matches dans ce cas. Mais cette fois, les idées qui permettaient à de tels scénarios de se produire ont disparu.

Quand un joueur d’une équipe échoue et que ça se voit beaucoup, ce n’est jamais bon signe. Pour une fois, les absents n’ont pas toujours tort. Didier Deschamps attend certainement avec impatience le retour de Paul Pogba dans son effectif, lui qui se porte toujours bien pour les Bleus et qui aurait certainement pu trouver quelques revirements dans le sauvetage face au confinement croate.

Sans le désormais ex-milieu de Manchester United, la France a traversé le parcours de juin en enchaînant des périodes sans mouvement, sans parcours bien défini. “Ce type d’acteur exécutif a nécessairement un rôle dans l’état d’esprit, la personnalité et la force collective‘”, notait Didier Deschamps lundi soir. C’est ce qui a manqué aux Bleus en juin, à l’opposé après la chute où ils ont su maîtriser les ressorts offensifs 3-4-1-2, certes, à travers une prestation inégale.

Après la défaite contre le Danemark il y a dix jours au Stade de France, lors de laquelle Kylian Mbappé a cédé sa place à la mi-temps, ce système a laissé place à une ligne de quatre défenseurs. Cela n’a tout simplement pas manqué de répondre aux déboires de la défense tricolore inexpérimentée, qui se sont multipliés par de petites fautes durant ces quatre matchs. Il a également fait dérailler une machine d’attaque bien huilée jusqu’à présent. A l’image du match de lundi, les Bleus ont eu du mal à se retrouver et à restreindre les échanges latéraux, sans parvenir à trouver l’ouverture vers l’avant.

Les statistiques se sont avérées bonnes pour la France contre la Croatie, avec 17 tirs à quatre, mais Objectifs attendus, Les chances de but en fonction de l’emplacement du tir en disent long : 0,9 pour les deux équipes. Ainsi, la France n’a pas vraiment su se mettre en bonne position pour trouver le chemin des filets adverses.

En l’absence de Pogba, les Cercles ont manqué de créativité et de cohérence lors de ce rassemblement. Aurélien Tchouaméni possède de grandes qualités, mais ce ne sont pas encore celles des ainés du jeu offensif. Matteo Guendouzi, Boubacar Camara et Adrien Rabiot sont moins concentrés sur le front. Le salut aurait pu venir d’Antoine Griezmann, mais ce dernier traverse la période la plus difficile de sa carrière.

Tout au long de la deuxième mi-temps ce soir, Jonathan Klaus s’est échauffé comme un fou aux abords de Dionysian Park, espérant jouer avec un retour en 3-4-1-2. Sans résultat. Didier Deschamps a maintenu son envie de finir le match à quatre défenseurs. En fait, l’entraîneur a abandonné le supposé déséquilibre vers l’attaque impliqué par le système qui a permis à Griezmann, Mbappe et Benzema de se rapprocher de l’attaque.

L’insuccès à placer les attaquants dans les meilleures conditions pour trouver l’écoutille est l’un des échecs de la soirée. “C’était bien de jouer à trois, quatre ou cinq dans ce rallye, c’était compliquéD’un point de vue physique particulier Deschamps.

C’est clairement une donnée à retenir en cette fin de saison : les joueurs ont semblé manquer de carburant pendant tout ce rallye. Ils pourront faire le plein avant la reprise des matches internationaux à la rentrée.

Leave a Reply

Your email address will not be published.