Cette famille a vécu deux ans avec un poteau électrique au milieu de son jardin – Edition du soir Ouest-France

Cette famille a vécu deux ans avec un poteau électrique au milieu de son jardin – Edition du soir Ouest-France

A Château-Gontier (Mayenne), Michel a construit sa maison autour d’un poteau électrique il y a deux ans. Il avait demandé à déplacer le bâtiment immédiatement après l’obtention du permis de construire. Mais le poteau est toujours là, ralentissant son travail et s’inquiétant pour la sécurité de son jeune fils. un roman.

(Carte : Ouest de la France)

Dans le jardin de Michel Coadic, un habitant de Château-Gontier-sur-Mayenne, il n’y a pas de table à l’extérieur pour d’éventuels barbecues, comme dans la plupart des foyers. Au lieu de cela, il y avait un énorme poteau électrique, juste devant la baie vitrée… Le poteau de Saïd était là avant la construction de la maison. J’ai obtenu le permis de construire il y a deux ans. En parallèle, j’ai postulé pour transférer des travaux à Enedis. » Trouble, pour ce faire, il a fallu l’accord de plusieurs voisins, puisqu’il s’agissait de réaliser des travaux qui les concernaient également. Les signatures étaient attendues depuis longtemps.

Le prisme est situé là où sera la future terrasse. (Photo : Ouest de la France)

“Je ne vais pas couler du béton sur un bout de balcon”

“Les choses continuent, Michel Kodik est vexé de ne plus supporter de voir cette électrode devant la fenêtre de sa chambre. Deux ans, c’est long. Pouvez-vous imaginer si le petit grimpe dessus? C’est dangereux ! “,” Ce père s’inquiète pour deux enfants de 9 et 17 ans.

Et puis, la présence de cet obstacle a considérablement ralenti son travail. Nous pensions que ce serait réglé cet été. Je n’ai pas pu faire mon honneur. Je ne coulerai pas de béton, seulement sur un morceau du futur balcon, en attendant qu’il soit enlevé ! » Sans oublier qu’il ne sait pas combien de travail est nécessaire pour retirer l’arbre, et cela peut être un travail dans le vide. “Pour les prés, c’est pareil, c’est impossible à entretenir” Dans ces circonstances, précise-t-il. Michele veut toujours peindre la maison, en espérant qu’elle ne sera pas endommagée par des travaux à l’avenir.

bonnes nouvelles

Du côté d’Enedis, nous vous confirmons que les choses se déroulent normalement : “Pour nous, ce n’est pas un événement, l’affaire a fait son temps. Le dernier accord que nous avons perdu est arrivé le mardi 7 juin 2022.

Le délai de traitement du dossier en question est clairement lié aux signatures des riverains. “Il y avait des points d’arrêt avec de nombreux voisins, c’est pourquoi les accords ont mis si longtemps à arriver.” Enedis affirme que le processus est lancé : “Nous ferons en sorte que le dossier avance, et que les équipes fassent de leur mieux. Le contexte est très difficile à vivre, mais le déménagement définitif devrait avoir lieu en septembre.” Il faudra patienter encore un peu pour le petit-déjeuner dans le jardin.

Leave a Reply

Your email address will not be published.