En difficulté, Montchalin écrase les Nubiens

En difficulté, Montchalin écrase les Nubiens

La ministre de la Transformation environnementale, arrivée loin de son adversaire de Nobis dans l’Essonne, supprime les sulfates. Elle a réprimandé son rival, Jérôme Gogh dans tous les sens, dénonçant le “projet de retraite et de mensonges”.

Élevez la voix pour sauver votre peau. Amélie de Montchalin, devancée de 6,85 par Jérôme Guedge, son adversaire Nobis dans la 6e circonscription de l’Essonne, tire en vue pour sa candidature à sa réélection dimanche soir. Le ministre de la Transformation environnementale joue un grand rôle. En cas de défaite, elle devra quitter le gouvernement.

“Les Français, partout en France et aussi dans l’Essonne, devront choisir entre un projet qui est Jean-Luc Mélenchon, un projet de soumission, de recul et de mensonges, un projet qui affaiblit les policiers en disant qu’ils tuent”, a déclaré la législative. La candidate s’est interpellée sur BFMTV quelques minutes après avoir appris qu’elle avait gagné Avec 31,46% des suffrages, elle est loin derrière sa rivale de l’Union de gauche (38,31%).

revanche

Amélie de Montchalin est tellement consciente de la nécessité de se battre qu’elle fait face à une figure locale établie. Pendant plus de 17 ans, Jérôme Quidge a été élu au conseil départemental, dont il a été président jusqu’en 2015.

Ce duel a tout du match retour où le trentenaire l’a battu sèchement en 2017. Le député sortant, n’atteint pas le second tour avec seulement 13 % des voix.

Mais les temps ont changé. Jean-Luc Mélenchon, élu de très longue date de l’Essonne, a obtenu plus de 30 % des suffrages pour cette circonscription au premier tour de l’élection présidentielle du 10 avril dernier. Ce que le ministre paie pour l’impression à n’importe quel prix.

“Un accord électoral promet le chaos et la capitulation.”

Au lendemain du second tour, la candidate, sans citer nommément son adversaire, appelle à un référendum ces candidats, qui se sont unis dans un accord électoral mais pas un accord de fond, qui promet chaos et capitulation français, soumission à la Russie, soumission à idées antisémites” sur CNEWS.

Jérôme Gage, qui a lancé le prix Ilan Halimi en l’honneur de ce jeune juif assassiné par la bande barbare en 2006 et lui-même juif, n’aime pas ces accusations.

Un ancien député de Eason, le secrétaire national du Parti socialiste en charge de « la laïcité et du pacte républicain », a réagi sur Twitter :

main rapide

Amélie de Montchalin persiste et signe son attaque à LCI le soir même.

Il a dénoncé les doutes persistants. Je les ai vus dans l’assemblée questionner nos institutions et notre légitimité démocratique et chercher dans la rue ce qu’ils n’ont pas trouvé dans les urnes. Il y a là un risque et j’assume la responsabilité des propos que j’ai tenus. ce matin. Objectivement, ça s’appelle le chaos”, déclare le ministre de la Transformation environnementale.

Dernier angle d’attaque utilisé par le candidat : ​​l’atterrissage supposé en parachute de Jérôme Queidge dans le cercle.

Expliqué dans les colonnes de réverbération.

Les faiseurs de rois sont des électeurs de droite et d’extrême droite

Ayant d’abord investi dans le 11e arrondissement de Paris, Jérôme Goode a finalement décidé de se présenter dans son ancien fief électoral, à la “demande du syndicat local de l’Essonne”, libération La socialiste Olivia Polsky, qui a fait campagne à sa place dans la capitale.

Rival Nupes a répondu dans les colonnes réverbération: “Je suis le fils de Massey, car j’ai toujours une maison, je vote dans la circonscription, contrairement à mon adversaire, et j’ai toujours gardé les états locaux d’Eason.”

Ce sont les électeurs RN, Reconquête et LR qui détiennent désormais le résultat du scrutin dans la 6e circonscription de l’Essonne alors que Jérôme Guedj ne dispose pas d’un stock de voix.

Leave a Reply

Your email address will not be published.