Face à l’inflation, les banquiers centraux sont “très inquiets”

Face à l’inflation, les banquiers centraux sont “très inquiets”

Le gouverneur de la banque centrale néerlandaise Klaas Knott à La Haye en septembre 2019.

Il est l’un des principaux “faucons” de la BCE. Avec ses homologues des banques centrales allemande, finlandaise et autrichienne, Klaas Knott, le gouverneur de cette banque Les Pays-Bas (DNB) ont toujours fait partie de ceux qui ont lutté contre les taux d’intérêt négatifs et une politique monétaire jugée trop accommodante.

Si longtemps minoritaire, elle va maintenant dans le sens de l’histoire. Avec le grand retour de l’inflation, la Banque centrale européenne a annoncé jeudi 9 juin qu’elle augmenterait le taux d’intérêt à deux reprises, en juillet et en septembre. dans une interview à LundiM. Knot pense que nous devons partir le plus tôt possible.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés Face à l’accélération de l’inflation, la Banque centrale européenne s’engage à relever les taux d’intérêt

En juillet, comme la Banque centrale européenne l’a déjà annoncé, le taux de dépôt, actuellement à -0,5 %, augmentera de 0,25 point. Mais en septembre, elle s’est autorisée une certaine souplesse, et M. Knot veut accélérer. “Si les conditions restent les mêmes qu’aujourd’hui, nous devrons augmenter le taux de plus de 0,25 point. Le niveau suivant est le coup de pouce de 0,5 point, mais nos options ne se limitent pas nécessairement à cela.” Penserait-il à 0,75 points d’un coup ? “Tout ce que je peux dire, c’est que la hausse devrait être supérieure à 0,25 pips.”

“Il est clair que l’économie de la zone euro va souffrir”

Ensuite, la BCE aura deux autres réunions avant la fin de l’année, en octobre et en décembre, que M. Knot entend utiliser pour augmenter encore les taux. Tout dépend des données et de la situation économique, mais il y a une possibilité réelle que les prix continuent d’augmenter en octobre et décembre. » Cela devrait donc se traduire par un taux BCE de 0,75 %, voire de 1 %. Un niveau qu’il n’a plus atteint depuis janvier 2011. Est-ce son envie ? “C’est ce à quoi les marchés financiers s’attendent actuellement.”Et le seules réponses. Il ne l’a pas dit publiquement, mais a ensuite l’intention de continuer à augmenter les taux en 2023. Les marchés évaluent 1,5 % au premier semestre et M. Knot semble à l’aise avec l’idée.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés La Banque mondiale met en garde contre les risques de stagflation

Pour le gouverneur de la banque centrale néerlandaise, il est urgent d’agir. L’inflation a atteint 8,1% dans la zone euro en mai, et la spirale inflationniste doit être stoppée. Nous sommes très préoccupés par l’inflation. » M. Knot reconnaît que la majeure partie de l’augmentation des prix provient de l’augmentation de la capacité, qui a d’abord été causée par la sortie de la pandémie, puis la guerre en Ukraine, d’autant qu’il s’agit d’un phénomène contre lequel les taux d’intérêt ne peuvent pas grand-chose.

Mais ce phénomène, initialement considéré comme temporaire par la Banque centrale européenne, est en train de se propager à l’ensemble de l’économie. “Nous sommes particulièrement préoccupés par le fait que l’inflation se propage à l’ensemble du panier de consommation. Maintenant 75% des prix nous mesurons une augmentation de plus de 2%. Inflation sous-jacente [hors énergie et alimentaire] Maintenant 3,8 %, soit le double de notre objectif d’inflation [de 2 %]. »

Vous avez 49,76% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published.