Firefox a une belle opportunité de se démarquer de Chrome et de vous séduire

Firefox a une belle opportunité de se démarquer de Chrome et de vous séduire

Mozilla a décidé de ne pas suivre certaines règles initiées par Google qui affectent le fonctionnement des bloqueurs de publicités. Controverse mise à part, la polyvalence multi-navigateurs est en jeu.

“Le blocage de contenu est l’un des cas d’utilisation les plus importants pour les modules complémentaires, et nous nous engageons à garantir que les utilisateurs de Firefox ont accès aux meilleurs outils de confidentialité disponibles.”. Derrière son air inoffensif, cette déclaration de Mozilla concernant les bloqueurs de publicités était en fait une petite bombe lancée sur Google en mai dernier depuis son blog officiel.
Google a défini un ensemble de nouvelles règles concernant les extensions de son navigateur Chrome. Il s’agit de Manifest V3 (MV3), qui a été lancé en 2019. Il vise à résoudre les problèmes de sécurité et de confidentialité et s’impose comme la norme.

Capacités limitées des bloqueurs de publicités

Si Firefox est également passé en MV3, la fondation Mozilla entendait tout de même se démarquer. Elle pense que certains des changements peuvent être contre-productifs, notamment l’interdiction de l’API WebRequest. Parce qu’il permet de surveiller le trafic entre le navigateur et le site Web et de modifier ou de bloquer certaines requêtes Web. Chrome a remplacé une nouvelle API plus restrictive : ReleaseativeNetRequest.

Bien que Google affirme qu’il continuera à prendre en charge les bloqueurs de publicités, MV3 limitera ses capacités. Alors, bien sûr, AdBlock Plus fait partie de ses partisans. Mais rappelez-vous que ce groupe est associé à Google par accord. En fait, nous avons constaté que la majorité des bloqueurs de publicités exprimaient leur mécontentement. L’extension Ghostery, par exemple, ne pourra pas remplacer les données qui identifient par inadvertance un utilisateur avec des informations publiques. Le directeur de la sécurité de Mozilla, Marshall Erwin, a déclaré au point de vente le bord Que les avantages immédiats en matière de sécurité n’étaient pas “pas clair”. Par conséquent, Firefox maintiendra la prise en charge du blocage WebRequest dans Manifest V3, même après juin 2023, lorsque la prise en charge des extensions créées dans MV2 s’arrêtera.

Domination de Chrome sur le marché des navigateurs

Cette affaire met une fois de plus en évidence la domination quasi absolue de Google sur les navigateurs. Chrome représentait environ 64 % du marché mondial en 2022 contre 3,4 % pour Firefox, selon Statcounter. Mais de nombreux autres navigateurs utilisent Chromium, la version open source de Chrome, comme base technologique. C’est le cas d’Edge, Opera ou Vivaldi. Ils suivent donc les mêmes règles.
Enfin, Google a réussi à forcer MV3 dans le groupe de discussion W3C Web Extensions (World Wide Web Consortium). EFF (Fondation de la frontière électronique), une association de défense des libertés numériques, a critiqué non seulement le contenu de MV3 mais aussi la manière dont Google a fait les choses en décembre dernier.

Firefox peut profiter de cette situation, et de cette petite fronde contre Chrome. En tout cas, il en profite pour se démarquer et se faire rappeler qu’il s’agit d’une alternative qui tient davantage compte des préoccupations des utilisateurs. Reste à savoir si cela suffira à faire basculer les internautes vers Firefox.

la source :

le bord

Leave a Reply

Your email address will not be published.