L’ancrage régional du Rassemblement national

L’ancrage régional du Rassemblement national

Discours de Marine Le Pen à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), lors du premier tour des élections législatives, le 12 juin 2022.

Le croissant brun s’épaissit. A l’issue du premier tour des législatives du dimanche 12 juin, le RN s’étale sur la carte de France selon une diagonale du Grand-Est à la Gironde, déjà prédite par la présidentielle. “Nous ne sommes plus cantonnés à ce qui était historiquement considéré comme nos points forts, dans ce que l’on pourrait appeler le RN du Nord ou le RN du Sud”Jordan Bardella, chef par intérim du parti, a fait appel au siège, lundi 13 juin, évoquant « Un ancrage durable sur tout le territoire ». C’est l’une des leçons de cette élection : le parti d’extrême droite est toujours ancré dans les Hauts-de-France, le Grand-Est et le bord de la Méditerranée, et s’étire vers le centre et le sud-ouest.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés Pour l’Assemblée nationale, un exploit historique aux législatives malgré la stagnation de la campagne électorale

Lundi matin, des lieutenants de Marine Le Pen les ont arrêtés appartenant même à “La seule force politique dynamique”Elle a avancé de plus de cinq points depuis 2017, 1,2 million de voix, et a quasiment doublé ses candidats éligibles au second tour, quand les bases électorales de la gauche et de la majorité présidentielle sortante se sont rétrécies. En Guadeloupe, où le parti d’extrême droite progresse le plus, le candidat du Rassemblement national, Rudi Tulasi, mène sur 3e Député de circonscription sortant Max Mathiassen (MoDem).

“Grand Chelm”

Au total, la fête était mje Le Pen a pris la première place dans 108 circonscriptions (contre 158 au second tour de l’élection présidentielle) et disputera 208 seconds tours, ce qui n’était le cas que dans 120 circonscriptions en 2017 et 61 en 2012. “Grand Chelm” Dans dix-huit divisions, selon les mots de M. Bardella, ses candidats se disputent le second tour dans toutes les circonscriptions. Un phénomène qui travaille déjà dans certains domaines de sa force en 2017, dans l’Aisne, la Haute-Saône, l’Eure ou les Pyrénées-Orientales. Depuis, les PDG devenus de jeunes barons locaux n’ont fait qu’accroître la notoriété de RN. “On a joué Perpignan dans tout le département, avec quatre de mes adjoints nommés. J’ai la tête partout, sur tous les documents”se réjouit par exemple le maire Louis Eliot.

Lire aussi : Carte des résultats des élections législatives : circonscriptions éligibles dans la circonscription

Cinq ans plus tard, ce “Grand Chelm” ont également lieu dans le Nord, dans le Pas-de-Calais (douze candidats qualifiés dans les douze circonscriptions) ; à l’est, dans les Ardennes, l’Aube, la Haute-Marne, la Meuse, les Vosges ou le comté de Balfour ; Centre de Never et Yun; Au sud-est, dans le Vaucluse et le Var, et même au sud-ouest, dans le Lot-et-Garonne, le Tarn-et-Garonne, l’Aude… La RN est uniformisée sur tout l’arc méditerranéen et en milieu rural les tronçons traditionnellement installés à droite ( Haute-Loire, Meuse, Vosges, Ardennes et Yonne). Il poursuit son ascension dans les Bouches-du-Rhône ou le Pas-de-Calais. Plus surprenant encore, le PNP est en avance dans le Morbihan, l’Indre Loire ou la Gironde.

Il vous reste 46,65% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published.