L’armée congolaise a perdu le contrôle de Bunagana

L’armée congolaise a perdu le contrôle de Bunagana

Publié dans:

Dans l’est de la République démocratique du Congo, l’armée congolaise a perdu le contrôle de la ville stratégique de Bunagana, frontalière de l’Ouganda, après des affrontements contre le Mouvement du 23 mars ce week-end. Les soldats congolais ont été contraints de se retirer du côté ougandais de la frontière.

Avec nos correspondants à Kinshasa et Kampala, Patient Ligodi et Lucie Mouillaud

Vêtements neufs, bottes en caoutchouc et kalachnikovs en bandoulière, des combattants se réclamant du Mouvement du 23 mars patrouillaient lundi dans les rues de Bunagana, à la frontière entre les deux pays. RDC et l’Ouganda, abandonné par la population. contrôle de la villeIls surveillaient également les principaux points d’entrée de Bunagana.

Ce bloc stratégique est resté isolé du reste de la région. Toute la journée, motos et autres véhicules n’osaient pas s’y aventurer.

D’autre part, l’armée congolaise Envahir Bunagana par l’armée rwandaise. elle revendique Que toutes les dispositions ont été mises en place pour contrôler la situation De son côté, le Rwanda continue de nier toute implication de ses militaires.

Le Mouvement du 23 mars est en guerre depuis plusieurs mois maintenant. Il y a des attaques accidentelles. Supposons que le M23 ait contacté le gouvernement congolais pour obtenir certaines choses, mais ait été exclu des rencontres entre le gouvernement congolais et les groupes armés qui ont eu lieu à Nairobi. C’est la première raison de leur hostilité. L’autre raison se situe peut-être à Kigali, car le Mouvement du 23 mars est un mandataire de Kigali depuis sa naissance. Il ne peut rien faire sans prévenir Kigali. Il faut donc mettre cela dans le jeu régional, avec un gouvernement rwandais qui veut continuer à garder son contrôle sur le Nord-Kivu. Ainsi, il fait remarquer à toute la région, notamment au Kenya, qu’il reste l’interlocuteur privilégié pour tout ce qui touche aux questions de sécurité au Nord-Kivu.

Thierry Vercolon, chercheur à l’IFRI

Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine, a encouragé Kinshasa et Kigali à résoudre tout différend par le dialogue et la consultation. A Kinshasa, il a été décidé de tenir une séance plénière à huis clos lundi à l’Assemblée nationale pour débattre de la question.

Face à la tension perçue dans la circulation sanguine, Christophe Mbusu, président de la chambre basse du Parlement, a appelé les députés au calme en attendant » Clarifier la situation et rétablir les responsabilités ».

Des habitants et des soldats cherchent refuge en Ouganda

Près d’une centaine de militaires congolais se sont réfugiés en Ouganda depuis dimanche soir, selon le porte-parole des Forces de défense du peuple ougandais (UPDF), Felix Kulaygi. Selon lui, les soldats des FARDC, résidant dans des casernes près de la frontière de Bunagana, y resteront jusqu’à ce que la situation du côté congolais se stabilise.

Ils ont été escortés jusqu’à la caserne après s’être présentés aux autorités à leur arrivée, détaille Haji Shafik Sekande, un commandant dans la région frontalière ougandaise de Kisoro. Selon lui, l’administration de Kampala est désormais chargée d’assurer le retour en toute sécurité de ces soldats en RDC.

Et les soldats congolais ne sont pas les seuls à avoir cherché protection en Ouganda après les combats de ce week-end entre les FARDC et le groupe armé M23.Les autorités de Kisoro ont confirmé que plusieurs milliers de déplacés ont traversé la frontière ces deux derniers jours. Au total, depuis mars et l’escalade des affrontements, la Croix-Rouge ougandaise a enregistré près de 30 000 nouveaux réfugiés congolais.

Leave a Reply

Your email address will not be published.