Le camp Macron divisé sur le front républicain contre le front national

Le camp Macron divisé sur le front républicain contre le front national

Elizabeth Bourne parle du résultat du premier tour des élections législatives, au Siège d'Ensemble !  , à Paris, le 12 juin 2022.

Ce n’est pas encore une fronde. Ajuster peut-être. Dans la foulée du premier tour des législatives, lundi 13 juin, une partie des forces d’Emmanuel Macron a revendiqué ” opinion personnelle “Et le “ADN politique” ou une “Les fiançailles de Claire” En se révoltant à l’extrême droite et en faisant obstruction aux candidats à l’Assemblée nationale, sans les confondre avec des représentants de la gauche radicale. Quelle que soit la composition, aucun vote ne doit aller au Rassemblement national.La lutte contre l’extrême droite n’est pas un principe d’ingénierie variable.Le nouveau ministre de l’Éducation nationale, Bab Ndiaye, a écrit dans un tweet noté lundi matin, accompagné du discours d’ouverture : Front républicain.

La chronique idéologique a affirmé que la déclaration tronquée d’un ministre de la société civile stigmatisé à gauche, silencieux jusqu’ici dans la bataille des législatives, a pu rappeler au messager Emmanuel Macron de “dépasser” les clivages partisans. Avec une portion des macaronis historiques, venant de la gauche. La lettre permet aussi de dénoncer tacitement l’ambiguïté entretenue depuis dimanche soir par l’exécutif quant à la position à prendre en cas de duel au second tour, le 19 juin, entre le RN et le Nouveau Parti populaire écologiste. et l’Union sociale (Nupes), dirigée par Jean-Luc Mélenchon.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés Les partisans de Macron en forte baisse au premier tour des législatives, par rapport à 2017

Après l’annonce du résultat du parti présidentiel, bien plus sévère qu’on ne l’imaginait face à l’Union de la gauche, la Première ministre Elizabeth Bourne a appelé, sur une note chirurgicale, dimanche soir, à lui tenir tête. “Extrémistes”, désignant les représentants de l’extrême droite et les représentants des Nupes comme ennemi commun. condamner Une confusion sans précédent entre les deux extrêmes.elle a ajouté “Nous ne lâcherons rien. Ni l’un ni l’autre côté”. Dans la soirée, s’abstenant de donner des consignes de vote en cas de match final entre le RN et les Nupes, le président de La République en marche (LRM), Stanislas Guerini, a avancé les décisions à prendre en “cas après cas”. Et la situation s’est dénouée à sa guise sur le terrain, selon les conditions ressenties par les candidats « d’infanterie ».

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés La Nobis revendique la victoire à l’issue du premier tour des législatives, mais se prépare à un second tour ardu

J’appelle les républicains de gauche et de droite à bannir l’extrême gauche dimanche, et ceux qui s’y soumettent pour le bien de l’enceinte. Son vrai projet, c’est le chaos et l’anarchie, la responsabilité perpétuelle de nos institutions et des médias.Lundi, CNews a limogé la ministre de la Transformation environnementale, Amélie de Montchalin, pour une prise de position sensible dans sa circonscription de l’Essonne face au socialiste Jérôme Guedj. Dans les Hauts-de-France, dans la circonscription de Marine Le Pen, Alexandrine Bentos, la “Walker” éliminée au premier tour, a appelé à voter blanc le 19 juin, refusant de choisir entre un représentant du parti RN et un candidat du Nupes , Marine Tondelier, membre d’Ecologie-Les Verts en Europe.

Il vous reste 61,01% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published.