Le Parlement européen affûte ses armes contre la classification du nucléaire et du gaz comme énergies “durables”.

Le Parlement européen affûte ses armes contre la classification du nucléaire et du gaz comme énergies “durables”.

Il a fallu des mois avant que la Commission européenne ne décide que le gaz et le nucléaire pouvaient, sous certaines conditions, contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique, et ainsi avoir une place dans le “Catégorie” Des activités durables auxquelles les investisseurs peuvent se référer pour orienter les fonds privés vers des activités qui réduisent les émissions de gaz à effet de serre. Malgré l’opposition de trois commissaires – fait rare – l’exécutif de la collectivité a finalement présenté, le 2 février, une loi déléguée – l’équivalent européen d’un décret – qui entérinait ce choix.

Lire aussi Cet article est réservé à nos abonnés Pour la Commission européenne, le gaz et le nucléaire peuvent accompagner la transformation environnementale

Mardi 14 juin, le Parlement européen a procédé à un vote qui met en péril ce texte dont chaque mot était pesé avec une catapulte que les députés ou les États membres ne peuvent modifier : le droit délégué ne peut que soutenir ou rejeter. En effet, deux commissions du corps législatif – la commission de l’environnement et des affaires économiques – ont adopté une résolution par 76 voix contre 62 et 4 abstentions, selon laquelle le gaz et le nucléaire ne peuvent être considérés comme des énergies durables.

“Nous avons besoin d’énormes investissements dans l’expansion des énergies renouvelables, pas dans les énergies du passé”Bass Ecote, membre du Parlement européen pour les Verts, a déclaré l’un des instigateurs de la décision qui a souvent dénoncé « La lessive verte » que le classement permettra. Fais lui confiance « Cela contribuerait à priver beaucoup de ressources (…) Les investissements nécessaires dans la transformation environnementale et énergétique en les orientant vers des activités nuisibles au climat comme le gaz, ou mettant en péril la sécurité actuelle et future de l’humanité avec l’énergie nucléaire », Tentative de sa collègue Marie Toussaint. elle “Cela ne fera qu’accroître la dépendance européenne vis-à-vis du gaz, de l’uranium, des équipements et des services nucléaires russes”De son côté, le juge Greenpeace, qui, comme de nombreuses ONG, salue le vote de mardi.

“Quelques dizaines de voix”

Cette décision sera présentée à tous les membres du Parlement européen lors de la session plénière qui se tiendra à Strasbourg du 4 au 7 juillet. Pour être adopté, et ainsi signer la fin de la loi d’habilitation de la Commission, il faudrait qu’elle recueille le soutien de la majorité absolue des élus, soit 353 (sur 705) d’entre eux. Il se jouera avec quelques dizaines de voix.Le juge Pascal Canvin préside la commission de l’environnement favorable à l’intégration du gaz et de l’énergie nucléaire dans la classification européenne.

Il vous reste 36,45% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published.