“Les banques centrales. Cette fois c’est différent, et ça va se gâter dans les grands shows. » Éditorial Charles Cents

“Les banques centrales.  Cette fois c’est différent, et ça va se gâter dans les grands shows.  » Éditorial Charles Cents

Chers impudents, chers impudents,

Le CAC 40 a terminé la journée en baisse de 2,67% à 6 022 points, ce qui reste une baisse significative.

Que se passe-t-il sur les marchés ?

Une correction majeure, ouvrant la voie à un mouvement à la baisse, laisse présager un bon effondrement de tous les actifs puisque nous avions une “bulle de tout” qui a été gonflée par la politique mondiale de l’argent libre et l’inondation des liquidités. Avec des taux très bas, presque tout le monde peut acheter des actions, des biens immobiliers et même de l’or et des crypto-monnaies.

Après cela, la liquidité afflue à nouveau et les banques centrales décident de casser l’inflation actuelle. Pour ce faire, il n’y a pas trente-six solutions. Ils récupèrent l’argent donné et augmentent les taux d’intérêt.

En clair, cela va casser une croissance qui a déjà été durement touchée par l’explosion des prix de l’énergie, comme cela s’est produit en 2007 et 2008.

Ensuite, tous les actifs s’effondrent.

Les actions baissent.

Les obligations baissent.

La crypto-monnaie très volatile s’effondre et même le Bitcoin a perdu plus de 20% hier ! Gros.

Les métaux précieux et l’or se plient mais ne se cassent pas encore.

L’immobilier a beaucoup d’inertie, et nous allons déjà voir se développer de nombreux marchés. L’effondrement se fera principalement sur des tamis thermiques qu’aucune banque ne voudra plus financer dans un contexte de hausse des prix.

Tout bulle correspondra à l’effondrement de tout !

Les taux d’intérêt augmentent partout dans le monde et il n’y a plus de bonne solution pour les banques centrales.

S’ils permettent l’inflation, nous nous dirigeons vers l’hyperinflation.

S’ils augmentent les taux, ils lanceront une vague de faillites sans précédent. Tous les ménages des États deviendraient insolvables, et il y aurait une terrible récession et l’effondrement d’une anthologie de la même taille sinon plus que celle de 1929 passée à la postérité.

Le pari des banques centrales.

C’est le pari que font les banques centrales.

Ils vont remonter leurs taux et stopper l’injection de liquidités dans l’espoir de casser l’inflation avant de provoquer la faillite de tous les acteurs économiques.

Le pari des banques centrales est sur un décalage horaire. Entre le moment où la hausse des prix casse l’inflation et le moment où tout le monde (surtout les États) fait faillite, plusieurs mois s’écoulent car les dettes se “refinancent” dans la durée et les prêts sont par exemple revus annuellement aux ménages ou aux entreprises. Pour les États, ce n’est qu’une fraction de la dette qui doit être renouvelée chaque année.

Le pari des banques centrales sur cette simple spéculation se limite donc au décalage horaire.

Mais je pense que cette stratégie échouera largement.

Pourquoi ?

Parce que je crois, pour la première fois dans l’histoire de l’économie mondiale, que l’inflation à laquelle nous sommes confrontés est un actif monétaire (nous avons créé beaucoup d’argent), mais c’est une erreur fondamentale de penser que l’inflation n’est que de l’argent ‘.

Cette fois, c’est très différent.

Nous avons atteint le seuil des effets de rareté de nombreux produits et matières premières.

La hausse des taux ne fera pas apparaître comme par magie des barils de pétrole.

La seule chose que nous pouvons faire, c’est réduire la demande de façon très spectaculaire.

de base.

Vous contenez le Covid et vous avez une récession de 10% du PIB. Là-bas, il n’y a pas de pénurie si la demande est supprimée.

Nous n’avons plus seulement à réduire la demande, nous devons l’éliminer.

Ce n’est pas seulement une question de combien d’argent est disponible, c’est une question de combien d’argent est disponible et il n’y a pas assez de biens à acheter.

Ces deux phénomènes coexistent et cela réduira l’efficacité de la remontée des taux contre l’inflation, sachant que les banques centrales peuvent remonter les taux à 3% mais avec l’Italie déjà à plus de 4%, on entre dans le rouge.

L’euro continue de baisser face au dollar, faisant encore plus monter l’inflation en Europe et dans la zone euro.

Bref, nous sommes dans une situation inextricable et prévisible depuis plus de 10 ans.

Travaillez pour améliorer votre résilience et votre indépendance. C’est le moment.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

sois prêt !

Charles Sannat

“Insolentiae” en latin signifie “insolence”
Pour m’écrire charles@insolentiae.com
Pour écrire à ma femme helene@insolentiae.com

Vous pouvez également vous inscrire à ma newsletter mensuelle “Stratégies” qui vous permettra d’avancer et dans laquelle je partage avec vous les solutions concrètes à mettre en place pour vous préparer au monde d’après. Ces solutions s’articulent autour de la démarche PEL – Patrimoine, Emploi et Localisation. L’idée est de vous montrer les outils et les techniques nécessaires pour atteindre la résilience personnelle et familiale.

“Pour étouffer les révolutions pacifiques, on rend les révolutions violentes inévitables.” (John F. Kennedy)

“Ceci est un article ‘d’information’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou partie à condition que ce paragraphe soit reproduit par la suite. Insolentiae.com est le site où Charles Sanat s’exprime au quotidien et propose une analyse grossière et implacable de l’actualité économique. Merci pour visiter mon site. Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter quotidienne gratuite sur www.insolentiae.com. »

Leave a Reply

Your email address will not be published.