Qu’est-ce que le « Plagiat », la nouvelle arnaque bancaire à la mode ?

Qu’est-ce que le « Plagiat », la nouvelle arnaque bancaire à la mode ?

Toluni a reçu un appel téléphonique de “La Poste vol”, indiquant qu’il s’agissait d’un numéro qu’il avait enregistré dans son annuaire au cas où il aurait besoin de s’y opposer. A l’autre bout du fil, quelqu’un lui dit que des transactions frauduleuses ont lieu sur son compte. Très convaincu qu’il a affaire au centre de l’opposition, il suit les consignes qui lui sont données.

numéro de banque frauduleux

On lui demande de répondre à un SMS avec un code de confirmation, puis il est rappelé pour demander des informations, notamment le « code secret » de sa carte bancaire, lié au sexe. Le même numéro, estampillé “La Poste vol”, rappelle pour changer de carte. “Il m’a dit que quelqu’un allait m’envoyer et m’a donné un numéro de dossier. Varroa reçoit alors la visite d’un homme au fameux numéro de dossier, et l’homme du sexe lui donne sa carte bancaire. Très vite, son compte est débité de plus supérieur à 5 000 euros via des prélèvements auprès du distributeur et des services immatériels.

Puis la victime appelle “La Poste vol”, enregistrée dans son annuaire et lui explique que ce numéro n’est “jamais utilisé pour contacter les clients”. Le Toulonnais a été victime d’une escroquerie, basée sur le viol d’un numéro retrouvé dans cette affaire, qui est le centre de l’opposition dans sa banque.Cette technique s’appelle ” plagiat”.

Qu’est-ce que le plagiat ?

Le plagiat consiste à dissimuler une connexion ou une identité d’une manière que l’on pense être liée à une source de confiance, comme un centre d’opposition dans une banque par exemple. Les cybercriminels utilisent trois types d’usurpation : l’usurpation d’e-mail, l’usurpation d’identité et l’usurpation d’adresse IP. Le but est de voler les victimes et de nuire à leur réputation. Une attaque par usurpation d’identité peut entraîner une violation de données coûteuse et préjudiciable pour les particuliers et les entreprises. Cette attaque s’est avérée dangereuse et de plus en plus fréquente sur les réseaux sociaux.

Comment le découvrez-vous ?

L’attaque de plagiat peut être évitée. lebigdata.fr nous donne des conseils. Cela comprend la surveillance des signes que quelqu’un se fait passer pour. Usurpation d’e-mails, par exemple en raison d’une grammaire inhabituelle, d’une mauvaise orthographe ou d’un langage embarrassant. Le message envoyé peut aussi être de nature urgente, amenant une personne à agir sur-le-champ sans y prêter attention. En y regardant de plus près, nous pouvons voir que l’adresse e-mail de l’expéditeur est complètement différente de l’organisation pour laquelle il prétend travailler, ou que les messages sont manquants. Avast (antivirus) vous alerte en cas de faute de frappe ou de détournement d’URL et de marque, mais également en cas de pièces jointes étranges ou de demandes d’informations personnelles.

Comment prévenir et éviter les attaques par usurpation d’identité ?

Il existe de nombreux outils de sécurité pour aider à prévenir les attaques par usurpation d’identité. Par exemple, un filtre anti-spam empêche les e-mails de phishing d’atteindre votre boîte de réception. Certains opérateurs de réseau utilisent également des logiciels similaires pour bloquer les appels indésirables sur les téléphones des utilisateurs. Certaines bonnes pratiques peuvent également aider à réduire le risque de devenir la proie d’une attaque par usurpation d’identité, comme éviter de cliquer directement sur un lien. Il est préférable de le saisir manuellement dans le navigateur. N’ouvrez jamais de pièces jointes inattendues, surtout si elles ont une extension de fichier inhabituelle. Et puis le premier conseil, changer régulièrement les mots de passe et en trouver des forts difficiles à deviner peut améliorer la cybersécurité.

De même, il faut toujours veiller à ce que l’adresse IP soit masquée lors de la navigation. Enfin, signaler les tentatives d’usurpation d’identité, en particulier après avoir reçu un e-mail de phishing ou une autre communication, peut aider à prévenir de futures attaques. Si vous soupçonnez une usurpation d’identité bancaire, il est préférable de consulter votre conseiller.

Leave a Reply

Your email address will not be published.