Une nuit en garde à vue après avoir été alerté d’une possible confusion avec Sandrine Rousseau du même nom

Une nuit en garde à vue après avoir été alerté d’une possible confusion avec Sandrine Rousseau du même nom

L’histoire est bien connue : en 9e Cercle de Paris, face à Sandrine Rousseau (la Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale, Nupes) Mouvement de la Ruralité (anciennement LMR, Chasse et Pêche, Nature et Tradition) avec un parachute dans une politique novice du même nom et prénom que l’économiné. Presque après avoir été maltraité par l’homogénéité, l’historien de l’art Patrick de Haas, récemment retraité de l’Enseignement supérieur (Université Paris-1), a tenté d’avertir d’autres électeurs, à l’extérieur du bureau de vote, d’une potentielle confusion. Il a été interpellé le dimanche 12 juin et placé en garde à vue au 13e commissariat.e arrondir à “agitation” Vous avez peut-être entravé le déroulement du scrutin. Il a été arrêté en fin d’après-midi, et n’a été relâché que le lendemain à midi, après avoir pu parler à un avocat commis d’office.

En arrivant au bureau de vote n°13, place Jeanne d’Arc à Paris, M. de Haas et sa compagne ont remarqué que sur la table de vidage, le premier bulletin de vote au nom de Sandrine Rousseau avait été déposé, “Sans photo de candidat”Il dit, pas celui du filtre environnemental dans lequel Nupes a investi. “Les bulletins de vote du candidat du Nupes étaient à l’autre bout de l’échelle et j’ai été offensé par ce jugementIl dit. Il était évident que les électeurs allaient se tromper et voter au premier tour au nom de Sandrine Rousseau sans se rendre compte qu’elle était la candidate dans laquelle le Rif a investi. »

Lire aussi : Carte des résultats des élections législatives : circonscriptions éligibles dans la circonscription

Puis l’historien demande de meilleures indications aux riverains et au chef de plume. Les bannières privées ont été rejetées au motif qu’elles seraient irrégulières, menaçant de créer un traitement de faveur pour deux Sandrine Rousseau. Choqué, M. de Haas a décidé de prévenir les électeurs, dès leur arrivée au bureau de vote, qu’une pile de bulletins de vote avait été rangée au nom de Sandrine Rousseau. Je ne suis pas un militant politique et je n’ai jamais dit à personne quoi faire ou comment voteril explique. Tout se passait dans le plus grand calme. J’avais l’impression de faire un devoir civique d’avertir les autres de la situation. »

Aucune plainte

Dans l’après-midi, un véhicule de la Police Nationale s’arrête devant le bureau de vote. Trois casques bleus lui demandent de s’éloigner. “Je leur ai demandé si je pouvais me positionner à une cinquantaine de mètres du bureau et ils n’ont vu aucun inconvénient.”, Il dit. Mais, avec son départ et en continuant d’alerter les personnes se dirigeant vers le bureau, les trois casques bleus ont changé d’avis.

Il vous reste 52,94% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published.