Zelensky réclame des armes modernes, Severodonetsk coupé du reste du pays

Zelensky réclame des armes modernes, Severodonetsk coupé du reste du pays

“Seule l’artillerie moderne assurera notre intérêt”, a ajouté cet homme de 44 ans, se disant confiant dans la capacité de son armée à “libérer les terres”, “y compris Marioupol et la Crimée”. “Nous avons juste besoin d’assez d’armes pour gérer tout cela. Nos partenaires en ont”, a-t-il estimé. L’appel intervient à un moment où les alliés fournissent déjà à Kyiv des munitions, des pièces de rechange et des armes légères et où le groupe de contact pour l’Ukraine, mis en place par le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, doit se réunir mercredi à Bruxelles.

Macron bientôt à Kyiv ?

L’Ukraine a épuisé ses armes russes et soviétiques et compte désormais exclusivement sur des armes fournies par des alliés étrangers, y compris l’artillerie occidentale, selon des experts américains. Washington a commencé par livrer des équipements lourds à l’Ukraine, tels que des obusiers d’abord, puis des équipements avancés tels que des lance-roquettes HIMARS et des pièces d’artillerie de haute précision avec une portée supérieure à celles de l’armée russe.

Emmanuel Macron est attendu mardi en Roumanie pour recevoir 500 militaires français déployés sur une base de l’Otan depuis l’invasion de l’Ukraine en vue d’une visite de soutien en Moldavie et d’un éventuel déplacement à Kyiv. Sa visite en Ukraine, attendue depuis des semaines, devrait être accompagnée du chancelier allemand Olaf Schulz et du Premier ministre italien Mario Draghi, selon les médias de Berlin et de Rome. Information non confirmée par l’Elysée, qui précise qu'”aucune suite n’a été donnée” à ce stade. Les forces ukrainiennes ont reconnu avoir abandonné le centre de Severodonetsk, suite à une nouvelle attaque russe contre cette ville clé de l’est de l’Ukraine, pour laquelle les deux belligérants se battent depuis des semaines.

La prise de cette ville donnerait à Moscou le contrôle de la région de Lougansk et ouvrirait la voie à une autre grande ville, Kramatorsk, capitale de la région voisine de Donetsk. Une étape essentielle pour la conquête de tout le bassin du Donbass, une région où la majorité de la population parle russe et est en partie contrôlée par des séparatistes pro-russes depuis 2014. Des séparatistes pro-russes dans l’est de l’Ukraine ont déclaré lundi que quatre personnes avaient été tuées et 22 blessés dans des bombardements “généralisés” par les forces de Kyiv dans la ville de Donetsk, leur capitale autoproclamée.

La bataille pour le sud aussi

Des combats ont également éclaté dans le sud de l’Ukraine, où des combats aériens et des attaques d’hélicoptères russes ont visé des positions ukrainiennes à Mykolaïv et Kherson, selon le dernier communiqué publié par le commandement des forces ukrainiennes dans le sud du pays, dans la nuit de lundi à mardi. A Mykolaïv, grand port de l’estuaire du Dniepr, l’avancée russe aux abords de la ville est stoppée et l’armée ukrainienne y creuse des tranchées. Dans un rapport publié lundi, Amnesty International accuse la Russie d’avoir commis des crimes de guerre en Ukraine, affirmant que des centaines de civils ont été tués dans des attaques incessantes contre Kharkiv (nord-est du pays), notamment menées avec des bombes à fragmentation.

Leave a Reply

Your email address will not be published.