Au lendemain des législatives, les Nubiens peinent à rester unis

Au lendemain des législatives, les Nubiens peinent à rester unis

Jean-Luc Melenchon, à Paris, dimanche 19 juin 2022.

Dans l’union écologique et sociale du Peuple Nouveau (Nupes), il y a des optimistes, ceux qui louent “Réunion” Issu d’une famille nombreuse. Des critiques, comme le secrétaire général du Parti communiste français, Fabien Roussel, qui, dimanche 19 juin au soir, a lancé une alliance qui ne parle qu’à une partie de la France. Des réalistes aussi, qui voient se profiler les premiers tests de sa ténacité. Vous n’aurez pas à attendre longtemps.

Dans l’accord fondateur, les Nubiens, avec 142 sièges, ont promis que chaque groupe parlementaire se coordonnerait en un groupe commun. Une base de discussion qui a rendu possible ce rapprochement entre les forces de gauche. Mais depuis le lundi 20 juin au matin, les nouveaux députés, les “rebelles” avant tout, ont insisté pour qu’ils “Le premier groupe d’opposition”Devant L’Assemblée Nationale.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés La Nupes et le RN, deux fronts diamétralement opposés à Macron

Le groupe ou les groupes, à l’Assemblée nationale, ce n’est pas la même chose. Aux termes de la réglementation, les différentes compétences sont réparties selon le nombre des premiers plutôt que des derniers. Alors, à l’intérieur de Nupes, la question commence à se poser. Du bout des lèvres d’abord. “Pour l’instant, nous partons effectivement d’un set commun, chaque composant ayant son set. On se reverra avec nos partenaires Nupes, et c’est probablement avec ça qu’on s’en tient., a déclaré Mathilde Baneau lundi matin sur RTL, elle est en passe de rester présidente du groupe La France insoumise (LFI) de l’association. Groupe ou entre groupes, il y a désormais l’ombre d’un doute.

Quatre groupes seront plus forts qu’un.

Peu avant 15 heures, Jean-Luc Mélenchon a quitté le siège de LFI. Devant les caméras qui l’attendaient, il lança une bombe. ou plutôt un “suggestion”. “Les Nubiens devraient former un seul groupe au Parlement”Il dit. “Je ne propose pas de fusion”affirme qu’il peint l’idée que chacun retient une extension “délégation”comme au Parlement européen. “Tout le monde peut retourner à l’école, mais le signal qui sera envoyé au pays sera une interdictionjustifier. Hier soir, j’avais l’impression que c’était l’état d’esprit notamment de Julien Bayot et Olivier Faure. »

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés La Nupes et le RN, deux fronts diamétralement opposés à Macron

Volée instantanée. Un à un, ouvriers socialistes, écologistes et communistes disent « non ». “La gauche est plurielle, et elle est représentée dans sa diversité au Conseil de la Nation. C’est une force au service des Français. La volonté de supprimer cette diversité est erronée et je m’y oppose”, écrit la première, sur Twitter, la socialiste Valérie Rabo, cheffe du groupe socialiste sous la précédente législature. Le porte-parole du PS Pierre Jouvet ajoute : “Il y aura un groupe socialiste.”

Il vous reste 59,18% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published.