La proposition de Jean-Luc Mélenchon de former un groupe parlementaire nubien unique ne convainc pas la gauche

La proposition de Jean-Luc Mélenchon de former un groupe parlementaire nubien unique ne convainc pas la gauche

Les Nupes ont quatre partis, mais combien de blocs parlementaires auront-ils ? Alors que le projet initial de la nouvelle union populaire écologique et sociale a toujours consisté à assurer, après les élections législatives, un groupe pour chacun des partis qui la composent (La France insoumise, Europe Ecologie-Les Verts, Parti socialiste et Parti communiste), Jean-Luc Mélenchon a suggéré, lundi 20 juin, que tous les députés élus sous l’appellation de la coalition de gauche forment un groupe parlementaire unique.

Lire aussi : Législatives 2022 en direct : Christian Jacob réaffirme l’indépendance LR face à Emmanuel Macron

Qu’est-ce qui a provoqué ce changement de position ? “Le perdant, Monsieur Macron, s’est lancé dans un leurre public, ce qui nous laisse très inquiets”Il a déclaré aux journalistes, faisant référence aux récentes déclarations de Mark Ficino et Olivia Gregoire, deux ministres du gouvernement Bourne. Pour Jean-Luc Mélenchon, “Ils sont prêts à installer le Front national dans la commission des finances.”. La présidence de cet important comité du Conseil revient généralement à l’opposition. Or, à ce stade, si l’on divise les députés du Nupes par les quatre partis qui le composent, alors l’Assemblée nationale de Marine Le Pen compte le plus grand nombre d’élus.

“gauche encaissement”

Pour Jean-Luc Melenchon, l’idée du groupe unique de gauche est “Un élément de clarification dans le chaos en cours. Ce n’est pas une injonction, mais une suggestion.”confirmé. “Cela n’empêche pas chaque parti d’avoir une délégation. Mais cela, symboliquement et politiquement, nous déclarons que les Nubiens sont un groupe politique à l’Assemblée nationale”il ajouta. “Je ne suggère pas de fusionner, il y a des identités distinctes, mais vous devez être en tenue de combat, et pour cela, vous devez avoir un groupe dans l’assemblée”, Enfin, M. Mélenchon a apprécié.

Lire aussi : Elections législatives 2022 : le parti présidentiel est assiégé

Après cette annonce très rapide, les trois partenaires de La France Insoumise ont rejeté une telle hypothèse. Le Parti socialiste européen, Ecologie Les Verts et le Parti communiste français ont rappelé à l’AFP que l’accord de coalition signé début mai prévoyait des groupes séparés.

“Il n’a jamais été question d’un groupe. Il y aura un groupe socialiste à l’Assemblée nationale”a déclaré Pierre Jouvet, porte-parole du Parti socialiste. Un peu plus tôt, la cheffe du groupe des députés socialistes et apparentés, Valérie Rabo, avait déjà fermé la porte à une telle hypothèse. “La gauche est plurielle, et elle est représentée dans sa diversité au Conseil de la Nation. C’est une force au service des Français. La volonté de supprimer cette diversité est erronée et je m’y oppose”Et le Le député a tweeté pour le Tarn-et-Garonne.

Quatre groupes sont plus forts qu’un.

“Il n’est pas question de fusionner en un seul groupe”De son côté, le porte-parole d’EELV Alain Coulombel a répondu. Le chef du parti, Julian Bayeux, s’est voulu diplomate mais ferme : “Nous sommes complémentaires et nos forces seront plus efficaces à l’Assemblée nationale si nous avons quatre groupes, pas un seul.”

“Je m’interroge sur l’intérêt d’un groupe qui efface les sensibilités et les fortunes de chacun, ajoute André Chasiny, député du Puy de Dom et poids lourd du Parti communiste français. D’ailleurs, quatre groupes au sein de l’Assemblée seront plus forts qu’un : pour la gauche il y aura plus de temps de parole et plus de droits de tirage – commissions d’enquête, organes parlementaires…” “Nous préférerions un groupe commun, mais pas un groupe commun “comme le confirme un ami proche du leader communiste Fabian Roussel.

A l’Assemblée nationale, Raquel Garrido, élue dimanche face au chef de file de l’Union des démocrates et indépendants (UDI), Jean-Christophe Lagarde, a pour sa part salué la proposition de Jean-Luc Mélenchon. “L’association est un lieu d’échange et c’est notre façon de travailler chez Nupes”J’ai expliqué, pensant que “Il va falloir le mettre en place durablement”.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés Le camp de Macron craint une “paralysie totale” après les législatives et provoque la “dissolution” de l’assemblée d’ici un an

Le monde avec l’AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.