Avant l’Assemblée nationale, une brève formation sur les enjeux climat et biodiversité pour les nouveaux députés

Avant l’Assemblée nationale, une brève formation sur les enjeux climat et biodiversité pour les nouveaux députés

Une femme prenant un dépliant intitulé

Des universitaires de renom issus des meilleurs laboratoires de recherche rencontrent des députés nouvellement élus ou réélus. La scène, insolite, se déroule sous un grand hangar installé devant le métro Invalides, près de l’Assemblée nationale, à Paris, depuis le lundi 20 juin. Jusqu’à mercredi, trente-cinq climatologues, océanographes, hydrologues, écologues ou encore géographes ont proposé aux nouveaux arrivants au Palais-Bourbon qui le souhaitent de courtes formations aux enjeux en partie cérémonielle aux matières auxiliaires, la diversité naturelle.

“Nous ne devons pas considérer la transformation environnementale comme une menace, mais plutôt comme une opportunité d’améliorer la qualité de vie tout en préservant notre avenir.”Gunnery-le-Cousanette, l’un des auteurs du rapport du GIEC, s’explique au député parisien du MoDem, qui l’écoute, avec attention.

Autour d’une petite table, discussion d’une trentaine de minutes Il couvre de nombreuses problématiques, de la mobilité aux déchets, en passant par les aires marines protégées, l’adaptation des villes au changement climatique ou encore les menus végétaux des cantines. “Parfois je me demande s’il ne faudrait pas dire qu’on ne peut plus faire certaines choses, mais on ne peut pas faire la transition contre les gens, et il faut la rendre acceptable”Les élus ont cru. “Nous devons prendre des décisions radicales, mais en soutenant les plus vulnérables”Nadia Moezi, auteur du rapport du GIEC.

Travail sans précédent

Cet acte inédit organisé au lendemain des élections législatives, Pas “code seulement”confirme au climatologue Christophe Casseau, du Centre national de la recherche scientifique, auteur du rapport du GIEC et des origines de la démarche avec l’ancien député Matthieu Orvillen et un groupe pour un éveil environnemental, qui rassemble des lycéens engagés pour le climat. “Les décisions prises aujourd’hui affectent le climat et l’environnement de demain. Chaque jour et chaque action compte”Le chercheur explique.

Lisez le décodage : Cet article est réservé à nos abonnés Climat : la France n’est toujours pas en mesure d’atteindre ses objectifs 2030

Ce processus non partisan vise à s’adresser aux 577 députés, quels qu’ils soient. « Le climat ou la biodiversité n’est pas un problème d’opinion politique, mais un problème de scienceMagali Reghezza, maître de conférences en géographie à l’Ecole Normale Supérieure et membre du Haut Conseil Climat. Nous voulons transmettre aux élus, qui sont en première ligne de la transformation environnementale, les résultats et les solutions, pour les aider à adapter les politiques publiques à un climat en rapide évolution. »

Il vous reste 56,64% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published.