Grand Prix du Canada – Comment Alpine, la plus sanctionnée, se prive (pour l’instant) de la quatrième place du championnat

Fernando Alonso a perdu deux places et quatre points après la fin du Grand Prix du Canada dimanche. Point dans sa supériorité, aussi. Les hôtes de la FIA n’ont pas supporté un slalom défensif devant Valtteri Bottas (Alfa Romeo) entre 10 et 12 ans, dans l’avant-dernier tour de la neuvième manche disputée de la Coupe du monde sur le circuit Gilles Villeneuve. Ils ont ajouté cinq secondes à son temps de course, le laissant derrière Valtteri Bottas et Guanyu Zhou, membres d’Alfa Romeo qui sont – un peu malheureux – les adversaires de la marque dans la catégorie A du championnat du monde des constructeurs.

Grand Prix du Canada

“Ferrari est guidé par les mots, leur plan est d’improviser constamment”

il y a 19 heures

C’est la première fois que le vétéran chevronné a pincé dans la course de cette année, et il a simplement été mis au même régime que Lance Stroll (Aston Martin) à Melbourne. On note tout de même qu’il ne lui reste plus que 6 points sur 12 points sur son permis de pilote de Formule 1. Lorsqu’il n’aura plus rien, il sera suspendu pour une course. Cependant, chaque point manquant est récupéré au bout d’un an, ce qui les éloigne de ce spectre ; Contrairement au champion canadien en tous points mentionné ci-dessus.

“Ferrari est guidé par les mots, leur plan est d’improviser constamment”

Double problème à Miami

Malheureusement, ce n’est pas la première fois que son équipe, Albin, s’en éloigne. Même l’équipe de France est en tête de liste des équipes les plus sanctionnées depuis le début de la saison. Au moins cinq fois au total. Et vous ne verrez pas les points que vous avez perdus lors du Grand Prix de cette saison.

Si Fernando Alonso a fait parler de lui dimanche dans le comté de Peel, la Réserve fédérale a fait arrêter Esteban Ocon. La série a commencé à Imola. Lors du quatrième tour de 2022, le natif d’Evro a été pénalisé de 5 secondes pour être sorti du trou de manière dangereuse. Un “décollage dangereux” est un peu la spécialité des bleus cette saison, ce qui a eu des conséquences : une pénalité de 5 secondes infligée au pilote de l’A522 n°31 l’a fait trébucher du 11e au 14e.

En revanche, lors de la prochaine épreuve à Miami, Fernando Alonso écope d’une double pénalité pour sa double faute : une attaque lancée de nulle part sur Pierre Gasly (AlphaTauri) et qui donne le temps de casser la chicane. Bilan : dix secondes de pénalité, deux positions (P9 à P11) et deux points perdus.

“Verstappen frappe constamment, c’est un signe de domination”

Découvrez comment retourner un avantage injuste

“C’est de ma faute et ça m’arrive parfois. Tu freines trop tard et tu as ruiné la course de Pierre”, carrément admis Quadruple “Nando”. Pour le deuxième bug, il aurait pu le corriger lui-même, s’il le voulait vraiment ou si l’équipe l’encourageait à le faire. Mais, c’est le problème, aucun d’eux ne voulait vraiment reconnaître ce qui n’allait pas avec sa taille. Redressé, l’Astori n’a pas vraiment ralenti pour effacer ses “gains durables”, comme l’accusait la FIA. Curieusement comme dimanche à Montréal, Fernando Alonso a commis son erreur dans les derniers tours. A-t-il naïvement pensé à échapper à l’enquête ? Avec le novice on aurait compris, mais moins.

A Miami, l’infraction était suffisamment claire pour dispenser le directeur de course de l’appeler ou d’appeler un représentant de l’équipe. Piégé dans les Alpes, Otmar Szafnauer n’a pu s’empêcher d’exprimer son étonnement et d’exiger une règle plus claire de la part de la FIA. Ce qui suffit apparemment, car la FIA n’a fait aucune mise à jour depuis. L’autorité supérieure juge toujours facile d’évaluer les gains de temps indus en piste et continue de pénaliser les petites réparations.

Il faut dire qu’Alpine et ses pilotes ont souvent joué aussi souvent que les frontières des autres équipes cette saison, et l’ont parfois trouvée. Mais le déclassement d’Esteban Ocon de la neuvième à la douzième place (encore 5 secondes de pénalité) dans la principauté reste une aberration et témoigne des notes auxquelles la FIA n’a pas encore remédié.

Points en millions d’euros

Freinant au premier virage, au 18e tour du Grand Prix de Monaco, le Français était sur sa droite. Il avait presque une longueur d’avance sur la Mercedes de Lewis Hamilton, quand celle-ci l’a percuté et l’a déstabilisé. “Je suis allé chez les hôtes, car cette punition est illogique et dénuée de sensEsteban Ocon s’agace ensuite. Ils m’ont expliqué qu’il y a une nouvelle règle qui stipule que lorsqu’il y a une voiture à l’intérieur, celui qui est attaqué est puni. Ils m’ont assuré que l’année dernière, cela aurait pu être un simple fait de course et qu’eux-mêmes n’avaient pas compris la règle.

“Avec un score de dix points, l’équipe conserve la cinquième place du championnat des constructeurs, à huit points de McLaren.”Livres alpins du dimanche soir. Mais lorsque nous évaluons, les pénalités infligées totalisent huit points. Les erreurs ou les malentendus coûtent cher car ils privent l’équipe d’une quatrième place à la Coupe du monde, qui est son objectif précis cette saison, et peut-être de quelques dizaines de millions d’euros du dividende du sport, en fin de saison.

Grand Prix du Canada

“Avec Lauda, ​​Mercedes n’a pas perdu beaucoup de temps”

il y a 19 heures

Grand Prix du Canada

“Verstappen frappe constamment, c’est un signe de domination”

il y a 19 heures

Leave a Reply

Your email address will not be published.