Hausse “extrêmement inquiétante” du taux de mortalité en mai

Hausse “extrêmement inquiétante” du taux de mortalité en mai

En mai, le taux de mortalité a augmenté de 36% par rapport à mai 2021, marqué par quelques restrictions de déplacement dues à la crise sanitaire.

Le nombre de personnes décédées en mai sur les routes de France métropolitaine a bondi de 21% par rapport à 2019, année de référence avant la pandémie, selon des chiffres publiés mardi.très dérangeantPar la sécurité routière.

En un mois, 293 personnes sont décédées contre 243 en mai 2019. »Les chiffres (à partir de mai) sont très inquiétants et appellent une prise de conscience accrue de la part de tous les usagers de la route pour inverser cette courbe, car on assiste à une dégradation depuis deux mois d’affilée.A commenté à l’AFP David Julliard, sous-ministériel délégué à la sécurité routière.

En avril, 262 personnes ont perdu la vie, soit une augmentation de 11 % par rapport à 2019 et de 29 % par rapport à 2021. En mai, l’augmentation était de 36 % par rapport au même mois l’an dernier (216), marqué par certaines restrictions de voyage en raison de la crise sanitaire. En mai 2022, “Des déplacements en hausse de 10% en moyenne par rapport à mai 2021 selon le Cerema(Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement), présente la sécurité routière.

voir également Vélos et trottinettes : sont-ils dangereux ?

Les cyclistes paient un lourd tribut

Par rapport à 2019, le taux de mortalité des cyclistes a presque quadruplé en mai : 22 cyclistes sont décédés, contre à peine six ans plus tôt, au cours du développement d’une mobilité dite douce. Selon le rapport 2021 sur les accidents de la route,Un cycliste sur trois se tue seul, sans heurter un autre usager‘, note David Juilliard, à qui appartient cette statistique ?Il insiste sur l’importance des mesures de sécurité, notamment le port du casque, fortement recommandé» A défaut d’obligation pour les plus de 12 ans.

Le port du casque est un exercice.Ça progresse, mais ce n’est pas assez à notre goûtDe son côté, le taux de mortalité des automobilistes à deux roues a quasiment doublé en trois ans, passant de 50 décès à 92. Par rapport à mai 2021, la hausse a été quasiment la même, à 73 %.En général, les conducteurs de véhicules à deux roues causent un décès sur cinq. C’est un sur trois. C’est vraiment un gros souci‘, regrette David Juilliard, qui a ouvert la voie à l’interprétation même si’Nous n’avons pas encore d’étude sur les facteurs de causalité“. Et donc , “La météo était favorable en maiVous pouvez payer les chauffeurs pour qu’ils utilisent plus de deux roues.

«Il est très courant que la météo joue sur deux roues. Mais il y a sûrement aussi une détérioration du comportement“, poursuit l’adjoint à la sécurité routière. Par ailleurs, le taux de mortalité des automobilistes (130) a légèrement diminué (2%) en mai par rapport à 2019 mais a augmenté de 29% par rapport à l’année dernière. En ce qui concerne la répartition par tranches d’âge, les personnes allant de 18 à 24 ans a payé un lourd tribut, avec 51 décès, soit une augmentation de 27% par rapport à 2019 et de 54% par rapport à 2021. Enfin, 23 personnes sont décédées sur les routes étrangères, soit une augmentation de 21% par rapport à 2019 et 64% en 2021. .

Leave a Reply

Your email address will not be published.