La Cour suprême américaine porte un coup à Bayer

La Cour suprême américaine porte un coup à Bayer

Publié le mardi 21 juin 2022 à 17h51

La Cour suprême américaine a refusé mardi de retenir une demande de la société allemande Bayer Group, propriétaire de Monsanto, dans une affaire impliquant le désherbant Roundup, ouvrant la porte à plusieurs milliards de dollars d’indemnisation.

En n’examinant pas l’affaire, la Cour suprême a rendu une décision de justice définitive et antérieure qui a ordonné au groupe de verser 25 millions de dollars à un retraité, Edwin Hardman, qui attribue son cancer à l’herbicide à base de glyphosate.

Comme à son habitude, la Cour suprême n’a pas motivé sa décision.

Mais cette dernière risque d’avoir des conséquences désastreuses pour le groupe, qui fait déjà face à plus de 31 000 plaintes en plus de celles pour lesquelles il a déjà conclu un accord, un nombre qui pourrait augmenter.

L’entreprise allemande avait déjà prévu 6,5 milliards de dollars pour faire face à ces nouvelles mesures (2 milliards dans un premier temps puis 4,5 milliards supplémentaires après le rejet d’un précédent accord). Il peut vous être demandé de payer plus en fonction du traitement des réclamations.

L’action Bayer reculait de 2,26% en fin de séance à 61,93 euros à la Bourse de Francfort.

“Bayer est respectueusement en désaccord avec la décision de la Cour suprême”, a répondu le groupe dans un communiqué, mais était “tout à fait prêt à faire face aux risques juridiques associés à d’éventuelles futures plaintes aux États-Unis”.

La société affirme qu’elle “n’admet aucune faute ou responsabilité” et “continue de soutenir les produits Roundup, un outil précieux pour une production agricole efficace dans le monde entier”.

– Disposé à faire face à des plaintes “déraisonnables” –

Edwin Hardman, qui a reçu un diagnostic de lymphome non hodgkinien en 2015, a été l’un des premiers à traduire Monsanto en justice, accusant les herbicides qu’il a utilisés sur son vaste domaine pendant 25 ans.

Il a accusé le groupe Monsanto d’avoir induit les utilisateurs en erreur en affirmant que le produit à base de glyphosate était inoffensif et n’affichait pas d’avertissements sur ses étiquettes, et a intenté une action en justice civile en 2016.

Bayer a été condamné en 2019 à lui verser 25 millions de dollars d’indemnisation, une décision confirmée en appel en 2021.

Ensuite, l’entreprise s’est tournée vers la Cour suprême des États-Unis. Elle a fait appel de la décision, déclarant que l’Agence fédérale de protection de l’environnement (EPA) estime que l’utilisation de Roundup ne mérite pas un avertissement de cancer.

L’avocat général représentant le gouvernement avait fait valoir en mai que la demande du groupe avait été rejetée, marquant un changement de ton de l’administration depuis la présidence Trump. Le ministère de la Justice s’est alors rangé du côté de Bayer au moment de l’appel.

La principale substance active d’un reportage est le glyphosate, qui est classé comme “cancérogène probable” par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Mais Monsanto a toujours insisté sur le fait qu’aucune étude ne conclut que le glyphosate et le rapport de presse, qui ont été commercialisés dans les années 1970, sont dangereux.

Le groupe allemand Bayer, qui a acquis Monsanto en 2018 pour 63 milliards de dollars, s’est depuis retrouvé impliqué dans de multiples actions liées aux désherbants aux États-Unis.

En juin 2020, il a signé un accord d’une valeur de 10 milliards de dollars avec les représentants des demandeurs. Les parties ont convenu d’y ajouter 2 milliards de dollars afin de régler de futures plaintes, mais cet accord a été rejeté par un juge californien en mai 2021.

Dans un effort pour mettre définitivement fin à toutes les procédures, le groupe a présenté un plan en cinq points en mai 2021 qui stipulait qu’en cas de défaite devant la Cour suprême dans l’affaire Hardman, il entamerait des discussions sur les plaintes non incluses dans la loi. accord de 2010.

Bayer a déclaré mardi qu’il était “tout à fait prêt à défendre devant les tribunaux les cas où les attentes des plaignants sont déraisonnables et sortent du cadre de ce programme”.

La société allemande note que plusieurs jugements liés à l’herbicide ont récemment été rendus en sa faveur et précise que la Cour suprême doit statuer sur une autre affaire qu’elle a contestée : une décision d’octroyer 87 millions de dollars à Alpha et Alberta Belliod, tous deux diagnostiqués avec un lymphome, après des années d’utilisation de Roundup.

Leave a Reply

Your email address will not be published.