Président des finances : RN ou Nupes ? Gérard Larcher a décidé. La gauche crie au “Front anti-républicain”.

Président des finances : RN ou Nupes ?  Gérard Larcher a décidé.  La gauche crie au “Front anti-républicain”.

C’est l’un des enjeux de la future législature. A quel groupe politique reviendra la présidence de la commission des finances, oh quelle est l’ampleur de la stratégie ? Comme nous l’expliquions lundi, l’article 39 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale indique que le poste ne peut être transféré qu’à un député appartenant à un groupe qui s’est déclaré dans l’opposition.

C’est l’un des apports de la réforme du règlement de l’Assemblée nationale de 2009. Une réforme qui casse une pierre à une pratique instaurée par Nicolas Sarkozy deux ans plus tôt. Comme il est de coutume que le groupe majoritaire ne participe pas au vote, cette présidence a toujours été occupée par un membre du principal groupe d’opposition.

Pourtant, depuis dimanche, le Triumvirat est entré dans l’assemblée et rien ne s’est bien passé. Le Rassemblement national est théoriquement la formation politique la plus nombreuse, avec 89 députés. Mais les Nubiens rassemblent plus de députés, 142 élus, n’étant pas un groupe à proprement parler mais une alliance de groupes politiques de gauche.

Pour Gérard Larcher, “Le Front national est le premier groupe d’opposition”

Dans les Colonnes du Parisien, le président LR du Sénat, Gérard Larcher, a tranché. La pratique républicaine dans les conseils est de considérer tous les élus comme égaux et respectueux […] Il y a un règlement à l’Assemblée nationale qui stipule que le président de la Commission des finances doit être de l’opposition. Cependant, j’ai noté que le Front national est le premier groupe d’opposition. Alors, il faut revenir à lui », a-t-il expliqué après avoir relevé que s’il ne partageait pas les mêmes « valeurs » que l’Assemblée nationale, « ce sont des élus de la République ».

Olivier Faure ‘dégoûté’ de ‘saper l’extrême droite’

La vue a fait plus que toucher la gauche. « Tous droits, de LREM à LR […] Alors ils vont mêler leurs voix à l’extrême droite pour donner au RN la commission des finances […] En détruisant le Front républicain, ils ont ouvert la porte à une future victoire du RN. Défaite et disgrâce”, s’est indigné, sur Twitter, le président du Parti socialiste Olivier Faure, qui s’est dit “écœuré par tous ces gens de LR, LREM ou MoDem, qui participent avec enthousiasme à la sous-estimation de l’extrême droite”.

Gerard Larcher “pas habitué”, “glissade irresponsable”

L’attitude de Gérard Larcher m’a surpris. Dans le passé, il a toujours eu des mots clairs envers l’extrême droite. Il n’y était pas habitué”, s’émeut Eric Bouquet, le vice-président communiste de la commission des finances du Sénat.

Guillaume Guntard, président du groupe écologiste du Sénat, a dénoncé un « lapsus irresponsable » de la part du président du Sénat. “Je ne pensais pas que Gérard Larcher considérerait un jour le FN comme un parti comme les autres. ‘Un front anti-républicain se met en place pour que Nobis n’intègre pas la commission des finances’.”

Gérard Larch se souvient du fonctionnement des institutions

Gérard Larcher n’a défendu que l’esprit de la bonne marche des associations. Le président sortant de l’Assemblée nationale Richard Ferran n’a pas été réélu. Il me semble qu’il est naturel que le président de l’autre chambre rappelle que, dans l’esprit du règlement de l’association, la présidence de la commission des finances appartient au premier parti d’opposition. RN dans ce cas », se défend le sénateur (App LR), rapporteur du budget de sécurité, Philip Domente.

“Ces règles ont été faites pour améliorer le fonctionnement des associations et trouver des points de rencontre entre les partis. J’ai toujours été instruit en faveur de la barrière républicaine. Mais force est de constater que les Français se sont exprimés librement”, ajoute Jean-François. Husson (LR), rapporteur général du budget au Sénat.

>> Lire notre article. Ces députés LREM sont prêts à “discuter” avec le RN pour trouver une majorité à l’assemblée

Quant au droit du Sénat, il ne s’agira alors pas d’une prise de position partisane de la part du président du Sénat, mais d’un rappel de la pratique parlementaire. A l’inverse de l’ancien LR et ancien président de la commission des finances, Éric Woerth, désormais membre de la majorité, qui dans Le Figaro alerte sur le risque de voir un président de la commission des finances (LFI) « faire du Révision fiscale.

Eric Wirth va jusqu’à suggérer que les députés de la majorité pourraient participer au vote pour éviter de voir Insomes prendre la présidence de la commission. Pour mémoire, il y a quelques jours un membre du gouvernement a également confié à publicenat.fr la volonté de l’exécutif “d’empêcher qu’il soit député à LFI” qui dirige cette commission. Craignant qu’il “se plante”, “bloque”, ou du moins retarde au maximum l’examen du budget, en organisant par exemple des réunions de commissions lors de l’examen complet du texte en séance.

Selon le règlement du conseil, les groupes politiques disposent d’un nombre de sièges dans les commissions permanentes “proportionnel à leur taille numérique”. Le président de cette commission est élu par les députés qui en sont membres. Si la majorité absolue n’est pas atteinte lors des deux premiers tours, il est élu à la majorité relative au troisième tour.

Mais comme cette position concerne l’opposition, il est d’usage que le groupe majoritaire ne participe pas au vote. En 2017, 28 des 68 membres du comité ont voté lors d’un scrutin où 4 candidats de l’opposition étaient représentés, LR, UDI, PS et LFI.

Vers une nomination unique aux Nupes ?

D’ici le 30 juin, jour du scrutin, une question sera de savoir si Nupes soumettra une nomination unique. Dans ce cas et si les députés LREM respectent la pratique de ne pas participer au vote, alors il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour le Nupes. “J’ai eu quelques échanges avec mes collègues de l’association et il me semble qu’on se dirige vers une nomination”, confie Eric Bouquet. Mais la nomination d’un quelconque groupe de gauche ?

“Le faisceau fonctionne toujours”, a éludé Patrick Kanner, chef du Sénat socialiste au Sénat général, tout en affirmant “qu’il serait très heureux” si le poste passait à la présidente sortante du groupe PS à l’Assemblée, Valérie. Rabo.

Commission des finances : “Je serais très inquiet de voir le chef du RN pour cet établissement”

La nomination de Valérie Rabault a l’avantage d’avoir un profil plus en phase avec les piétons et Les Républicains. “Le patron de LFI ou du RN ferait des dégâts similaires. Ces deux partis adoptent une rhétorique d’intervention un peu démagogique. Ils promettent presque un ravitaillement gratuit pour les Français”, estime Philippe Domente.

“Le candidat devrait venir de LFI car c’est le groupe le plus important au sein des Nupes”, estime Guillaume Gontard. Dans les négociations, au moins le PCF, le PS, EELV et LFI pourront s’accorder sur des orientations. “Nous n’avons pas de dichotomie entre la transparence financière et la lutte contre la criminalité en col blanc”, déclare le sénateur écologiste Thomas Dussos.

Leave a Reply

Your email address will not be published.