COVID-19[FEMININE.Symptômesetgravité…Cequel’onsaitdessous-variantesBA.4etBA.5

COVID-19[FEMININE.Symptômesetgravité…Cequel’onsaitdessous-variantesBA.4etBA.5

La hausse des nouvelles infections au Covid-19 reprend en France, tirée par les sous-variables BA.4 et BA.5, qui ont notamment provoqué une recrudescence épidémique au Portugal ces derniers mois. Ces dernières représentaient significativement 24,2 % des séquences interprétatives à la semaine 23 (6-12 juin), contre 13,3 % la semaine précédente. Mais que sait-on d’eux ?

Lire aussi : COVID-19[FEMININEQuelleestladifférenceentrevariablesetsous-variables?

nouveaux symptômes

Ces nouvelles sous-variantes d’Omicron ont été identifiées début avril par des chercheurs du Botswana et d’Afrique du Sud, et on pense qu’elles provoquent divers symptômes de BA.1. Certains décrivent des symptômes rarement observés avec Omicron, tels qu’une perte de goût et d’odorat. Ce sont les symptômes que nous avons beaucoup ressentis avec le premier virus, et que nous avons beaucoup moins remarqués, encore plus avec Omicron. Cela signifie que le virus aura une plus grande invasion et la capacité d’envahir des cellules que le virus précédent n’a pas envahies.détails de Ouest de la France Yves Poisson, épidémiologiste et responsable de la cellule Covid à l’Académie de médecine.

Dans une note mise à jour le 15 juin, Santé publique France a dévoilé les résultats des analyses de cas pour les deux sous-types. Sur les 73 cas de variant BA.4 (67 confirmés et 6 probables) et 228 cas de variant BA.5 (210 confirmés et 18 probables) investigués, les signes cliniques les plus fréquents étaient Asthénie/fatigue (75,7 %), toux (58,3 %), fièvre (58,3 %), céphalées (52,1 %), écoulement nasal (50,7 %).

En plus de, La probabilité de souffrir de nausées, de vomissements et de diarrhée était plus élevée pour les cas BA.4/BA.5 que pour les cas BA.1..

Les cas BA.4/BA.5 ont également signalé une plus longue durée des signes cliniques, selon Santé Publique France. Enfin, les cas asymptomatiques semblent être plus faibles avec cette nouvelle variante : Seuls 9 (3 %) cas étaient asymptomatiques (4 BA.4 et 5 BA.5) investigués, une proportion plus faible que les cas BA.1 (10,9 %).

L’alternative la plus dangereuse ?

Mais alors, BA.4 et surtout BA.5 sont-ils plus virulents que ses prédécesseurs ? S’il semble que ce dernier “Plus grande capacité d’invasion” De la sous-espèce précédente, Nous n’avons pas beaucoup d’articles Quant à son sérieux, comme le croit Yves Poisson. Pour comprendre cette sous-alternative et ses effets, on sera enclin à considérer la situation au Portugal, là où la vague s’arrête. ” Il y a eu beaucoup de cas, beaucoup d’hospitalisations et de décès. Dans le pays. Juste, Le Portugal n’a pas le même parcours que la France Par rapport au Covid-19, souligne le spécialiste. Il n’y a pas la même immunité. Le Portugal a été relativement sauvé par le .2 BA, nous ne pouvons donc pas dire que nous saurons ce qu’ils avaient là-bas. »

La circulation continue du BA.2 en France, contrairement à l’Afrique du Sud et au Portugal, peut avoir un effet protecteur contre le BA.5 et exacerber son effet.fait également référence à Santé publique France.

Actuellement, selon les cas étudiés, “Le taux d’hospitalisation n’était pas significativement plus élevé dans BA.4 et BA.5 que dans BA.1.”Fondation notée.

“Aucune indication de risque n’a été rapportée pour ces trois sous-souches, et les enquêtes sur les cas BA.4 et BA.5 par Santé publique France vont dans ce sens”renvoie à l’Agence nationale de santé publique.

COVID-19[FEMININESymptômesetgravitéCequel’onsaitdessous-variantesBA4etBA5

Leave a Reply

Your email address will not be published.