COVID : C’est pourquoi de plus en plus de vaccins sont infectés par la septième vague de BA.4 et BA.5

COVID : C’est pourquoi de plus en plus de vaccins sont infectés par la septième vague de BA.4 et BA.5

Des études récentes ont déterminé le niveau d’évasion immunitaire pour les variantes émergentes. Il est exceptionnellement plus élevé que la souche originale d’Omicron.

A l’approche de l’été, une nouvelle vague de Covid-19 est inévitable… La septième vague a déjà commencé en France et pour les professionnels, pas de surprise.

Si, à l’heure actuelle, la vague portée par les variants BA.2.12.1, BA.4 et BA.5 ne semble pas très virulente, elle doit contaminer une très grande partie de la population, qu’elle ait été vaccinée ou non. . Déjà infecté ou non.

Il y a plusieurs explications à ce sujet. Tout d’abord, le taux d’anticorps des personnes vaccinées a considérablement diminué, et la campagne de rappel remonte à plusieurs mois. Or, il a été montré que le taux d’anticorps chute fortement quelques semaines après l’injection.

Vacciné et mal protégé

De plus, les vaccins, qui étaient déjà moins efficaces sur Omicron que sur la souche originelle de Sras-CoV-2, l’étaient moins sur les nouveaux variants. Ainsi, des études récentes ont montré que les variants BA.2.12.1, BA.4 et BA.5 ont une immunogénicité bien supérieure aux versions précédentes. C’est-à-dire qu’ils échappent plus facilement à la protection des anticorps naturels acquis par l’infection, telle que celle fournie par les vaccins.

Il ne serait donc pas surprenant de voir, dans cette vague transmise par les sous-variables BA.2.12.1, BA.4 et BA.5, des personnes s’infecter de plus en plus. Les personnes déjà infectées (qu’elles soient vaccinées ou non) ne sont plus à nouveau immunisées contre l’infection.

un espoir?

Ces études démontrent qu’à chaque mutation, le Sras-CoV-2 évolue de plus en plus vers une augmentation de l’échappement à la neutralisation. A priori, il serait impossible d’échapper à la vague BA.2.12.1, BA.4 et BA.5, qui ne s’est cependant pas accompagnée d’un risque accru lors de son passage par l’Afrique du Sud.

A terme, le seul espoir de contrer la propagation du virus réside dans l’efficacité des futures mises à jour des vaccins à ARN messager. Mercredi, Moderna a annoncé des résultats très positifs de la deuxième version du vaccin sur BA.4 et BA.5. Actuellement à l’étude à l’échelle européenne pour une commercialisation pré-automne, ce vaccin ne sortira qu’à la fin de la septième vague. J’espère qu’il sera tout aussi efficace sur les sous-variantes BA.4 et BA.5 qui apparaîtront certainement dans les mois à venir.

Après 1 mois d’administration chez les participants immunisés et préalablement fortifiés, 50 mcg # booster La dose d’ARNm-1273.214 a suscité de fortes réponses d’anticorps neutralisants contre # omicron Sous-variables BA.4 et BA.5 chez tous les participants, quelle que soit l’infection antérieure. pic.twitter.com/t6BQTrgCoO

– moderne (moderna_tx) 22 juin 2022

En attendant, les plus vulnérables sont invités à se faire vacciner avec les vaccins disponibles qui, s’ils ne sont pas particulièrement efficaces pour propager le virus, restent les meilleurs remparts contre les formes dangereuses de la maladie.

Leave a Reply

Your email address will not be published.