La Cour suprême confirme le droit des Américains à sortir armés

La Cour suprême confirme le droit des Américains à sortir armés

Acte de justice

cette “le jour noir” Pour les partisans du contrôle des armes à feu aux États-Unis et un “Victoire” de la National Rifle Association (NRA). Et la Cour suprême, jeudi 23 juin, a invalidé la loi de l’Etat de New York sur le port d’arme, qui attribue au passage le droit des Américains à sortir armés de leur résidence.

Cette décision, prise à la majorité de six juges (conservateurs) sur neuf, intervient alors que le pays est encore sous le choc d’une série de fusillades meurtrières, dont l’une, le 24 mai, a fait 21 morts dans une école primaire. à Ovaldi. , Texas. « Si 2e et 14e La modification de la constitution protège le droit d’un individu de porter une arme à feu pour se défendre à l’extérieur de son domicile.écrit le juge Clarence Thomas pour la majorité.

La Cour suprême travaille “Sans considérer les conséquences potentiellement mortelles de sa décision”a déploré son compatriote progressiste Stephen Breyer dans un argument séparé, notant que, En 2020, 45 222 Américains ont été tués par des armes à feu..

Sur Twitter, démocrate Kathy Hochhol, gouverneur de New York, a regretté la décision de la Cour suprême. De son côté, le président des États-Unis, Joe Biden, a écrit dans un communiqué de presse que Cette décision contredit[sait] A la fois bon sens et constitution”. Il ajouta:

“Après les horribles attentats de Buffalo et d’Ovaldi, mais aussi toute cette violence quotidienne qui ne fait pas la une des journaux nationaux, nous devons faire plus en tant que société – pas moins – pour protéger nos concitoyens. J’ai déjà pris plus de dirigeants pour réduire la violence armée qu’aucun président n’a jamais fait. Un autre est dans sa première année au pouvoir, et je continuerai à faire tout ce qui est en mon pouvoir pour protéger les Américains de la violence. J’exhorte les États à continuer à promulguer et à appliquer des lois de bon sens. “

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés A Uvald, au Texas, l’histoire d’un massacre américain malheureusement classique

Lecture littérale du chiffre 2e Modifier

Concrètement, cette décision porte sur une loi qui, depuis 1913, restreint la délivrance d’autorisations de port d’armes dissimulées aux personnes qui ont des raisons de croire qu’elles peuvent avoir à se défendre, par exemple en raison de leur profession ou de menaces à leur encontre. … a été contestée devant le tribunal par deux propriétaires d’armes à feu, qui se sont vu refuser des permis, et l’un des affiliés de la NRA.

Campagnes NRA pour une lecture verbatim de 2e Amendement de la Constitution américaine. Il a été ratifié en 1791 et stipule que“L’existence d’une milice bien organisée est essentielle à la sécurité d’une nation libre, et le droit du peuple de détenir et de porter des armes ne doit pas être enfreint”.

En 1939, la Cour suprême a statué que cet amendement protège le droit d’utiliser des armes à feu dans le cadre d’une force d’application de la loi, comme l’armée ou la police, mais qu’il ne s’agit pas d’un droit individuel de légitime défense.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés La Cour suprême est une institution américaine en ébullition

Plusieurs restrictions menacent l’existant

Elle a changé de position dans une décision historique en 2008 et a établi pour la première fois le droit de posséder une arme à feu chez elle pour se défendre. Cependant, il appartient aux villes et aux États de réglementer les vêtements d’extérieur, de sorte que les règles varient considérablement d’un endroit à l’autre. L’arrêt de jeudi met fin à cette latitude en instaurant le droit de porter des armes.

Dans un premier temps, il devrait abandonner les lois de type new-yorkaise en vigueur dans d’autres États, dont certains sont densément peuplés, comme la Californie ou le New Jersey. D’autres restrictions applicables principalement dans les pays démocratiques peuvent être contestées devant les tribunaux dans le cadre de ce nouveau cadre juridique.

Près de quatre cent millions d’armes étaient en circulation parmi la population civile aux États-Unis en 2017, soit cent vingt armes pour cent personnes, selon le Small Arms Survey Project. L’année dernière, plus de 20 000 meurtres par arme à feu ont été enregistrés dans les archives de la violence armée.

Lire aussi : Aux États-Unis, les sénateurs ont dévoilé un projet de loi anti-armes en deçà des mesures réclamées par Joe Biden

Le monde avec l’AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.