La Cour suprême des États-Unis confirme le droit de porter des armes à feu dans la rue

La Cour suprême des États-Unis confirme le droit de porter des armes à feu dans la rue

Brian Woolston via Reuters

Événement annuel de la National Rifle Association, Indianapolis 27 avril 2019

Les États-Unis – un précédent majeur aux conséquences désastreuses. Jeudi 23 juin, la Cour suprême des États-Unis a invalidé une loi de l’État de New York exigeant un permis ainsi qu’une justification pour pouvoir porter une arme à l’extérieur.

Cette décision de justice, prise à la majorité de six juges sur neuf, tous conservateurs, consacre en effet le droit des Américains à sortir armés de chez eux.

Le juge Clarence Thomas a écrit à la majorité: “Les deuxième et quatorzième amendements à la Constitution protègent le droit d’un individu de porter une arme de poing pour se défendre à l’extérieur de la maison.”

Agissant “sans tenir compte des conséquences potentiellement mortelles de sa décision”, le tribunal a déploré son compatriote progressiste Stephen Breyer dans un argument séparé, notant qu'”en 2020, 45 222 Américains ont été tués par des armes à feu”.

tumulte à New York

La gouverneure de New York, Kathy Hochhol, a rapidement déploré une “journée morne”. Le chef de l’exécutif de l’un des États américains les plus stricts a déclaré aux journalistes porteurs d’armes à feu qu’il était “scandaleux, très honteux qu’ils nous privent de nos droits de bénéficier de restrictions raisonnables” sur les armes à feu. “Je suis désolé que ce jour sombre soit arrivé”, a ajouté l’élu démocrate.

Le puissant lobby armé, la National Rifle Association (NRA), a immédiatement salué la “victoire”. D’autre part, la décision représente un fort mépris pour les partisans d’une meilleure réglementation des armes à feu, dont elle compliquera les efforts.

Le texte, qui met également en péril les différentes lois qui restreignent le port d’armes à feu dans certains États, arrive également cette semaine, alors que les sénateurs américains des deux côtés dévoilent un projet de loi historique visant à restreindre la violence armée.

Deuxième amendement amélioré

Le deuxième amendement à la Constitution a été ratifié en 1791 et stipule qu ‘”une milice bien organisée est essentielle à la sécurité d’une nation libre, et le droit du peuple de détenir et de porter des armes ne doit pas être enfreint”.

En 1939, la Cour suprême a statué qu’elle protégeait le droit d’utiliser des armes à feu dans le cadre d’une force d’application de la loi, comme l’armée ou la police, mais qu’il ne s’agissait pas d’un droit individuel de légitime défense.

Elle a changé de position dans une décision historique en 2008 et a établi pour la première fois le droit de posséder une arme à feu chez elle pour se défendre.

Cependant, il appartient aux villes et aux États de réglementer le transport hors domicile, de sorte que les règles varient considérablement d’un endroit à l’autre.

L’arrêt de jeudi met fin à cette latitude en instaurant le droit de porter des armes. Dans un premier temps, des lois similaires à celles de New York applicables dans d’autres États devraient être annulées, y compris certaines à forte population comme la Californie ou le New Jersey.

D’autres restrictions applicables principalement dans les pays démocratiques peuvent être contestées devant les tribunaux dans le cadre de ce nouveau cadre juridique.

La polémique sur les armes à feu a repris aux États-Unis alors que le pays continue de subir une série de fusillades meurtrières, dont l’une, le 24 mai, a fait 21 morts dans une école primaire du Texas.

Voir aussi sur Le HuffPost : A Roland Garros, Coco Gauff prend position contre les armes

Leave a Reply

Your email address will not be published.