La ministre des Sports saisit l’inspection du travail après avoir révélé France 2023

Amélie Odea Castera, ministre des Sports, a saisi mercredi l’inspection du travail au sujet du Groupement d’intérêt public (GIP) France 2023, chargé d’organiser la prochaine Coupe du monde de rugby après avoir révélé certaines pratiques au sein de l’organisation. Un comité.

Le ministère des Sports a réagi aux révélations de L’Equipe, mercredi, sur le climat social au sein du Groupement d’intérêt public (GIP) France 2023, chargé d’organiser la prochaine Coupe du monde de rugby. La ministre Amélie Odea Castera a décidé de reprendre l’inspection du travail “sans délai” sur “des éléments préoccupants”.

Le ministère a également indiqué dans un communiqué avoir repris le comité d’éthique du GIP “pour veiller au respect des valeurs qui doivent être à la base de l’action collective”. Amélie Oudéa-Castéra veut “mettre en lumière” la situation au sein du GIP France 2023.

La FFR demande également une enquête

Selon L’Equipe, Claude Atcher, le chef des Renseignements généraux, et sa directrice de cabinet, Marie Houzot, contrôlent la terreur au sein du comité d’organisation, avec humiliations, insultes et management par la peur. Plusieurs employés, actuels et anciens, témoignent anonymement au quotidien du traitement personnalisé de toute l’équipe sur place.

La Fédération française de rugby a également tendu la main dans la soirée, indiquant qu’elle souhaitait “qu’une enquête sociale soit menée au plus vite”. L’Union a conclu que “l’Union rejoint l’Etat dans sa volonté de faire la lumière sur la situation intérieure”.

Le “leadership” Ashtar est nécessaire selon les renseignements généraux

Le GIP France 2023 a également réagi. Déclaration “L’organisation d’un événement international tel que la Coupe du Monde de Rugby implique, de facto, un rythme de travail soutenu dans des délais particulièrement contraints, qui sont la norme dans le secteur de l’événecrimentiel”.

Le GIP souligne également le nombre de personnels réembauchés par la Commission et assure que « compte tenu des enjeux de la conduite d’un tel événement, le leadership et l’autorité de Claude Acher sont indispensables pour fixer le cap et aller jusqu’à » la fermeture éventuelle de l’événement. Coupe du monde de rugby.

Le communiqué se conclut par une initiative mise en place pour répondre à “l’inconfort exprimé par certains salariés” : le dispositif verra le jour “pour s’assurer que les témoignages sont recueillis de manière anonyme et efficace pour soutenir une cellule d’écoute accessible à tous les salariés ; embaucher un comité indépendant chargé de traiter les signalements qui lui parviennent, d’apporter un soutien approprié aux personnes qui en expriment le besoin et de nommer un consultant externe et spécialisé pour faire un diagnostic du climat social de l’organisation.

“GIP et Claude Atcher doivent être responsables”

Contacté par RMC Sport, Loïc Hervey, sénateur de Haute-Savoie, membre des “Personnes qualifiées” participant à l’Assemblée générale de France 2023, a répondu : “J’ai vu Claude Accher deux fois, mais je ne suis jamais allé au siège en France 2023. J’espère que vous saisirez C’est à l’État, et le moins que nous puissions faire, c’est que le gouvernement intervienne maintenant.

“Le GIP et Claude Atcher devraient être tenus pour responsables de ces problèmes, c’est le moins qu’on puisse vraiment faire, ajoute-t-il. Il nous faut une entité saine pour organiser la prochaine Coupe du monde dans un an maintenant. Je suis étonné. Après ce qui s’est passé au Stade de France et au Conseil des Anciens, il ne faut pas attendre qu’il y ait de gros problèmes pour engager des poursuites.”

Leave a Reply

Your email address will not be published.