La ministre Yael Brown Bive a désigné la candidate de la majorité à la présidence de la République

La ministre Yael Brown Bive a désigné la candidate de la majorité à la présidence de la République

Yaël Braun-Pivet vient de faire un grand pas vers la nana. Le ministre des Affaires étrangères sera le candidat majoritaire à la tête de l’Assemblée nationale mardi prochain, à l’issue d’un vote conjoint mercredi des représentants LREM, MoDem et Horizons.

L’ancien président de la commission juridique du palais Bourbon a été réélu dimanche en tant qu’adjoint d’Evelyn, en route pour succéder à Richard Ferran, battu au second tour des élections législatives. Elle sera la première femme en France à prendre la présidence de l’association.

Éric Wirth démissionne

Yael Brown Bivé l’a emporté au scrutin secret face au président sortant de la commission des affaires économiques, Roland Lisquier, par 105 voix contre 85, avec deux voix nulles ou nulles, lors d’un second tour. Au premier tour, les anciens ministres Barbara Bombelli et Joël Giroud ainsi que Sophie Errant ont été éliminés de la course. Eric Woerth, l’ancien LR qui s’est présenté à Emmanuel Macron, a finalement renoncé, étant un marcheur du “second cercle”.

Le 28 juin, que se tiendront en circulation, à partir de trois heures de l’après-midi, les élections à la présidence de l’Assemblée nationale par tous les députés, au scrutin secret au balcon. L’ancienne vice-présidente LR Annie Ginevard a déjà indiqué qu’elle se présenterait également à la présidentielle.

Si la majorité absolue des suffrages exprimés n’est pas obtenue aux deux premiers tours de scrutin, la majorité relative suffit au troisième tour, assurant l’élection de Yael Brown Bivé, sauf accident. Les Macron ont déjà perdu la majorité absolue, remportant 245 sièges sur 577.

Déjà postulé en 2018

Au cours de son premier mandat, l’avocate Yael Brown-Bevit, 51 ans, a apporté des modifications à la commission juridique de la Chambre et s’est fait des alliés, après un démarrage lent, notamment lors de l’affaire Benalla. La députée n’a pas caché ses ambitions, puisqu’elle s’est présentée en 2018 à la présidence avant de retirer sa candidature face à Richard Ferran qui, selon elle, “n’incarne pas le renouveau”.

Pourra-t-elle désormais rester au gouvernement ? “Si elle remporte le vote aux primaires, nous lui demanderons de démissionner pour qu’elle puisse prendre un risque”, s’est rétractée plus tôt mercredi une source gouvernementale. Les territoires d’outre-mer dont ils avaient la charge peuvent à nouveau accueillir la nouvelle.

Leave a Reply

Your email address will not be published.