La peur de la récession ne quitte plus les investisseurs (Mis à jour) – 23/06/2022 à 08:42

La peur de la récession ne quitte plus les investisseurs (Mis à jour) – 23/06/2022 à 08:42

La peur de la récession ne quitte jamais les investisseurs

La peur de la récession ne quitte jamais les investisseurs

PARIS (Reuters) – Les principales places boursières européennes devraient chuter jeudi, les investisseurs restant surtout préoccupés par le risque qu’un durcissement accéléré de la politique monétaire n’étouffe la croissance aux Etats-Unis.

Les futures sur indices pointent vers une baisse de 0,44% pour le CAC 40 à Paris, 0,33% pour le Dax à Francfort, 0,35% pour le FTSE 100 à Londres et 0,41% pour l’EuroStoxx 50.

Les rendements obligataires américains, le dollar et le pétrole ont chuté mercredi alors que Wall Street a clôturé en légère baisse après une audition au Sénat du président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, au cours de laquelle il a reconnu qu’une récession était une “possibilité potentielle” même si la banque centrale n’était pas la cible .

Le risque de voir une hausse rapide des taux d’intérêt américains, jugée nécessaire pour rétablir le contrôle de l’inflation, conduire de toute façon à une déflation de la première économie est de plus en plus probable par un nombre croissant de grandes banques. Investissement : “Après Deutsche Bank, Nomura ou Goldman Sachs, c’est au tour de Citigroup de pronostiquer une récession”, note John Blassard de Mirabud Securities.

De son côté, Pimco, l’un des principaux investisseurs obligataires mondiaux, juge ces risques “élevés” pour les deux prochaines années et évoque également le risque d'”accidents financiers”.

En attendant la deuxième audition de Jerome Powell au Congrès, cette fois à la Chambre, la prochaine audition permettra aux investisseurs de jauger l’évolution de l’économie mondiale puisqu’elle ponctuera également les premiers résultats des enquêtes S&P Global PMI. Comme le nombre hebdomadaire de demandes de chômage aux États-Unis.

Au Japon, le PMI manufacturier “flash” a atteint son plus bas niveau depuis février et Toyota a revu à la baisse ses prévisions de production pour juillet en raison d’une pénurie de semi-conducteurs.

Wall Street

La Bourse de New York a clôturé en légère baisse mercredi après une session tumultueuse qui comprenait une audition au Sénat par Jerome Powell.

Le Dow Jones a chuté de 0,15%, ou 47,12 points, à 30483,13, le Standard & Poor’s 500 a perdu 4,9 points, ou 0,13%, à 3 759,89, et le Nasdaq Composite a chuté de 16,22 points (-0,15%) à 11 053,08.

Ils ont réduit leurs pertes après les commentaires de Jerome Powell, le Nasdaq passant même un certain temps en territoire positif. Une évolution fulgurante qui reflète les interrogations des investisseurs sur les risques pour la croissance liés à la hausse de taux prévue par la Fed.

Les actions défensives telles que l’immobilier, la santé ou les services publics ont enregistré les plus fortes hausses du S&P. En revanche, le secteur de l’énergie a souffert (-4,19%) de la baisse des prix du pétrole brut.

Les contrats à terme sur indices majeurs pointent vers une ouverture légèrement inférieure pour le moment.

en Asie

A la Bourse de Tokyo, le Nikkei, qui s’était apprécié en début de séance, a brièvement glissé dans le rouge, mettant fin à une hausse symbolique de 0,08%.

A noter que Toshiba est en hausse de 3,54% après que Reuters a annoncé qu’un groupe d’investisseurs se préparait à une offre publique d’achat.

En Chine, le Shanghai SSE Composite et l’indice CSI 300 ont progressé de 1,43%, bénéficiant d’un rebond des valeurs technologiques au lendemain de l’annonce par le président Xi Jinping du feu vert à un plan de développement du secteur des paiements et des “fintech”. A Hong Kong, l’indice high-tech a augmenté de 2,67%.

Échange / Prix

Le dollar hésite face aux autres grandes devises (+0,01%) après trois séances consécutives de baisse dues à la baisse des rendements du Trésor.

L’euro se négocie à 1,0559 et le yen à 135,82 après un creux de 24 ans atteint mercredi à 136,71.

Le rendement du Trésor à 10 ans est presque stable dans les échanges asiatiques à 3,0757 % ; Et il est tombé lors de la séance de mercredi à 3,124%, le niveau le plus bas en deux semaines, en réponse aux déclarations de Jerome Powell.

En Europe, le 10 ans allemand progressait légèrement en début de séance à 1,641%, au lendemain d’une forte baisse due à une baisse des valeurs refuges.

pétrole

Les prix du pétrole brut continuent de baisser, toujours affectés par les craintes croissantes d’une récession, affectant les perspectives de la demande.

Le Brent a chuté de 1,13% à 110,48 dollars le baril, et le brut léger américain (West Texas Intermediate, West Texas Intermediate) de 1,37% à 104,74 dollars. Tous deux ont déjà perdu environ 3% mercredi et sont à leur plus bas niveau depuis la mi-mai.

De nombreux fonds américains et européens clôturent des positions vers la fin du deuxième trimestre, ce qui affecte également la tendance, note un analyste.

métal

Le prix du cuivre est tombé à un creux de 16 mois à 8 564,5 dollars la tonne, pesé à la fois par les craintes de récession aux États-Unis et par une nouvelle augmentation du nombre de cas de COVID en Chine continentale, deux menaces pour la demande.

(Écrit par Mark Angrand; Montage par Matthew Brotthard et Kate Enteringer)

Leave a Reply

Your email address will not be published.