L’actualité politique du jeudi 23 juin

L’actualité politique du jeudi 23 juin

Les élus étrangers entre résignation et déception après la candidature de Yael Brown-Bivet à la présidence de l’Assemblée nationale

L’annonce de la candidature de la ministre des Affaires étrangères, Yael Brown-Bive, à la présidence de l’Assemblée nationale, un mois après sa nomination, a suscité l’indignation, mais surtout une démission chez les élus à l’étranger.

C’est ainsi qu’Elie Callifer, le nouveau député socialiste de Guadeloupe, a exprimé jeudi matin sa position “Profondément déçu de voir qu’une fois de plus ce gouvernement n’y prête pas beaucoup d’attention” A l’étranger, dans un communiqué. “En plus des paroles merveilleuses que nous avons entendues récemment et du nouvel intérêt gouvernemental qui a émergé après le tollé de nos résidents aux urnes, ce nouveau gouvernement maintient déjà la même attitude brutale, distante et même indifférente à l’égard de nos terres.”Il a ajouté une demande du Premier ministre “Ne pas quitter le ministère des Affaires étrangères sans capitaine”.

Pour de nombreux autres élus à l’étranger, interrogés par l’Agence France-Presse, le temps de la démission est révolu. “Ce que je souhaite, c’est que la personne qui viendra après convoquera ses adjoints à l’étranger pour travailler avec eux.”Giovanni William, le nouveau député de 1. a répondurépéter Cercle Martiniquais. « Peut-être qu’elle [Yaël Braun-Pivet] Elle ne voulait pas vraiment ce service, car c’était un petit cadeau qu’on lui offrait pour la remercier de son dévouement. Mais quoi qu’il y ait, nous nous en occuperons.a annoncé, mercredi, Davey Riemann, Vice 2De Département de Guyane avec le soutien de La France insoumise.

“Ce changement potentiel à la tête du Département d’État est un événement politique anecdotique.”L’indépendantiste guyanais Jean Victor Castor, 1er députérépéter Quartier Guyane. “Nous devons avoir un agenda guyanais. Nous n’ignorerons pas l’agenda de l’Assemblée, mais nous devons avoir notre propre agenda pour construire cette unité, et cette réconciliation est essentielle au rapport de force dont nous avons besoin ici en Guyane.”

Notre journaliste Patrick Roger, dans l’article ci-dessous, paru ce matin, revient sur les résultats des élections législatives à l’étranger et sur la nécessaire évolution du style de l’exécutif par rapport aux Outre-mer.

Lire aussi : Outre-mer, les électeurs se méfient de l’exécutif

Leave a Reply

Your email address will not be published.