Le SUV coupé électrique est très sage

Le SUV coupé électrique est très sage

ID.3 et ID.4 : Sous l’appellation ID.5, on s’attend à trouver un SUV électrique plus imposant que ces deux voitures au catalogue Volkswagen. Perdu ! Qu’apporte dans ce cas une machine qui rentre dans cette classe exotique de SUV tracté ?

SUV familial électrique

Il serait faux de penser que la Volkswagen ID.5 est plus courte que la ID.4. Pour une largeur similaire de 1,852 m, il s’allonge jusqu’à 1,5 cm : 4,599 m, contre 4,584 m. Il a une hauteur de 1,615 mètres, ce qui est aussi une très petite hauteur de 1,2 cm. Les deux voitures sont des SUV électriques familiaux. Une armure spécifique, un peu plus agressive, distingue le coupé du classique.

La machine est installée de série sur des roues de 19 pouces. Comparativement, les jantes en alliage bicolore argent/tout noir de Hamar reçoivent des pneus Hankook Ventus S1 Evo 3 en 235/55 à l’avant et 255/50 à l’arrière. La présence d’un aileron à l’arrière, sur une pente douce du toit, confirme l’originalité de l’ID.5.

La version à notre disposition dans l’édition Pro Performance est par défaut en gris lunaire uni. Les essuie-glaces latéraux sont surlignés en gris argenté et plus visibles dans le panneau de custode arrière.


Paye surmontée d’un toit panoramique

La Volkswagen ID.5 entre nos mains est propulsée par un moteur synchrone à aimants permanents générant 150 kW (204 ch) pour un couple de 310 Nm, et est alimentée par une batterie d’une capacité de puissance utile de 77 kWh.

Pour le remplir de courant alternatif, la voiture dispose d’un chargeur de 11 kW. Dans les stations DC, la puissance maximale déclarée par la société allemande est de 135 kW. C’est environ 30 minutes pour récupérer 80% de l’énergie.

Lire aussi
Essai Volkswagen ID.4 : Que vaut un nouveau SUV électrique ?

Un toit panoramique en verre surmonte le coupé SUV électrique. On doit son existence au forfait Design Plus à 3 000 €. Elle propose également des phares matriciels à LED avec commutation automatique et une fonction d’accueil, des feux arrière avec clignotants séquentiels, une barre lumineuse entre les projecteurs et le logo, des vitres latérales avant en verre feuilleté et une teinte arrière.

en arrière

Derrière le hayon à ouverture électrique, le volume fourni par le coffre est de 549 litres, et il peut être étendu à 1 561 litres en rabattant la partie arrière de la banquette arrière en deux parties, avec une trappe à skis. Le double fond permet de ranger les câbles de charge et bien d’autres possibilités et extrémités. Ne cherchez pas de frunk au premier plan : il n’y en a pas. Si nécessaire, une remorque peut être tractée jusqu’à 1000 kg.

Grâce à l’absence de tunnel de service central, 3 personnes peuvent être logées à l’arrière, en profitant d’un large espace pour les genoux. L’inclinaison du dossier offre une marge suffisante entre la tête et le plafond, bien qu’il y ait un espace vertical un peu moins important que sur l’ID.4.

Le confort est accentué par les accoudoirs rembourrés, les rangements disponibles, la climatisation à trois zones et les vitres entièrement basses.

Point de vue du conducteur

Le conducteur et son voisin ne doivent pas trop se plaindre du confort de la sellerie bicolore en ArtVelours et du simili cuir qui équipe notre Volkswagen ID. Pour 1 175 € ajoutés à la facture, les sièges avant sont ErgoActive, massants, chauffants, réglables électriquement sur 12 positions, avec mémoire, soutien lombaire à réglage pneumatique et sièges extensibles coulissants.

« Ces sièges sont très confortables, mais offrent très peu de soutien. Il convient parfaitement aux grandes tailles », estime Maxime Fontaine. L’option comprend d’autres éléments spécifiques : un pack utilitaire tout inox ; des rétroviseurs extérieurs réglables, rabattables et chauffants électriquement ; un volant multifonctions en cuir, chauffant avec commandes tactiles ; un éclairage d’ambiance de 30 couleurs personnalisables.

Grâce à ce pack, notre SUV électrique dispose d’une banquette arrière rabattable en deux parties asymétriques avec une trappe à skis et d’un accoudoir central avec deux porte-gobelets. Notez que la voiture a beaucoup d’espace de rangement et qu’elle est bien située et accessible.

Deux écrans à bord

La présentation de la planche de bord de la Volkswagen ID.5 est identique à celle de l’ID.4, avec des matériaux capitonnés en haut de planche de bord qui se situent au niveau des accoudoirs des panneaux de porte.

Derrière le volant, c’est le même petit affichage d’instruments numériques. L’ergonomie de la tablette numérique centrale peut encore être améliorée. par exemple,” La climatisation est quand même compliquée à utiliser : il faut appuyer ici, appuyer encore là, bref, il faut appuyer sur des millions de boutons pour allumer le climatiseur Commentaires avec exagération intentionnelle de nos testeurs.

Cependant, la possibilité d’utiliser cette petite dalle avec Android Auto et Apple CarPlay est un point très positif. ” Dans cette génération nous avons un nouveau logiciel, le 3.0, censé être amélioré, plus souple, qui permet désormais d’intégrer le système de stationnement automatique. La mise en page a également été améliorée », confirme Maxime Fontaine.

« Tellement amusant dans la ville »

Derrière le volant et prolongeant l’écran d’instrumentation vers la droite, le sélecteur de direction n’est pas des plus pratiques à manipuler. Pour obtenir un freinage moteur maximal, il est nécessaire de le commander à nouveau. Cela fait fonctionner le mode B (frein). Mais il n’y a pas de palettes derrière le cerceau pour affiner le pouvoir de régénération.

Pour une maniabilité plus aisée, le SUV coupé électrique de Volkswagen possède un gros avantage commun à la famille ID : un excellent rayon de braquage pour son gabarit. Ici, c’est 10,20 m. ” C’est le meilleur de la catégorie. C’est bien mieux que, disons, un Tesla Model Y, et c’est aussi beaucoup plus large et plus difficile à garer ‘, compare notre journaliste.

Lors de l’utilisation, la pédale de frein et la pédale sont très douces. ” Pour évoluer en ville, c’est un SUV très fun. Comme ID.4 ou son cousin Skoda Enyaq qui se décline également en version coupée », Alignez l’homme avec la casquette.

« Maladroit sur les routes sinueuses »

La Volkswagen ID.5 peut reposer sur 3 modèles de châssis : Sport (+400€), suspension DCC (+1300€), ou Standard, de série. La version à notre disposition se contente de ce dernier. Il fait preuve d’une grande résilience et d’intrépidité, même dans des poses sportives. Qu’il suffise de dire que les routes secondaires sinueuses ne sont pas le terrain de jeu préféré de ce coupé SUV.

Ce que Maxime Fontaine exprime ainsi : la voiture est maladroite » ; « On sent le poids des batteries dans le sol » ; « La direction est légère et manque de précision en milieu de route » ; « C’est bien en ville, mais manque de régularité pour une conduite dynamique » ; « Nous entendons que le travail roule, car il faut beaucoup de roulement » ; « On ne sent pas vraiment que l’essieu avant a tendance à s’élargir » ; « Le programme de stabilité électronique (ESP) coupe parfois le moteur, vous empêchant d’accélérer en sortie de virage » ; « Concernant les freins aussi, ils sont un peu légers sur les sensations, même si les distances de freinage sont adéquates. ».

C’est pourquoi notre journaliste conseille de choisir un châssis sport ou un châssis avec suspension trial. Ce qui ne nuira pas au confort des personnes transportées sur cette voiture à voir avant tout » Un véhicule apprécié pour son habitabilité ».

Lire aussi
Volkswagen ID.5 : tous les prix des nouveaux SUV électriques

limité sur les autoroutes

Sur les sentiers rapides, la Volkswagen ID.5 est plutôt silencieuse, tant au niveau des bruits d’air que des bruits de braquage. Les automobilistes apprécieront les aides à la conduite facilement contrôlables avec les boutons au volant. A leur disposition, parfois en adoptant un pack optionnel : régulateur de vitesse actif, lecture des feux tricolores, maintien à distance du véhicule qui précède, aide au changement de voie, etc.

Le coupé SUV ne cherche pas à impressionner avec des performances exceptionnelles. Il passe de 0 à 100 km/h en 8,4 secondes et sa vitesse de pointe est limitée à 160 km/h.

Sur autoroute, par temps calme, à une température de 35°C, nous avons relevé une consommation moyenne de 22 kWh aux 100 km. Et ce n’est pas forcément trop élevé pour une voiture électrique de 2 117 kg. Ainsi, l’autonomie jusqu’à la panne sera d’environ 350 km. Il est également possible que le nouveau programme 3.0 qui contrôle la machine et intervient spécifiquement dans la gestion des batteries, permette de réduire la consommation.

les prix

Au 21 juin 2022, le tarif Volkswagen ID.5 débute à 52 550 € TTC et hors bonus avec le modèle Pro dont la puissance moteur est limitée à 128 kW (174 ch). La Pro Performance de notre essai, déjà mieux équipée à ce niveau (150 kW / 204 ch pour rappel), demandait un peu plus d’efforts : 54 150 €, sans compter les emballages et options facturables en plus.

« Ce qui reste tout de même très cher, même si vous disposez de la formule d’assistance standard, et donc d’un meilleur niveau d’équipement que l’ID 4 moins chère de 3 700 euros ‘” conclut Maxime Fontaine.

Nous vous invitons à retrouver nos tests de voitures électriques sur YouTube. En vous abonnant et en acceptant de recevoir des notifications, vous serez rapidement averti de nos nouvelles publications.


Leave a Reply

Your email address will not be published.