L’ex-député Benoit Simien a été accusé d’avoir harcelé son ex-petite amie

L’ex-député Benoit Simien a été accusé d’avoir harcelé son ex-petite amie

    L'ancien député Benoit Simien, à l'Assemblée nationale, le 19 décembre 2018, à Paris.

L’ancien député du Médoc Benoît Simian (La République en marche puis Libertés et Territoires), a été condamné, jeudi 23 juin, à huit mois de prison avec sursis pour harcèlement de son ancien compagnon qui était sur le point de divorcer.

En quelques mois, le parquet a identifié 41 cas de harcèlement de son ancien compagnon., relative à France Bleu. accusé de plus de quarante actes de malveillance, “parfois deux ou trois fois par jour”, entre juillet et novembre 2020 à leur domicile de Ludon-Médoc, dont il ne bénéficie plus depuis qu’une ordonnance de non-conciliation a été rendue.

L’ancien élu de 39 ans a doublé le nombre de check-in et de déplacements pour se rendre notamment dans une dépendance de la maison transformée en bureau parlementaire. Il a également été accusé de s’être tenu plusieurs fois devant la maison, d’empêcher sa femme de sortir, et de s’être livré à des travaux de jardinage et de “bricolage” en coupant du laurier ou en posant des poutres et des sacs de grosses pierres ou en urinant sur la pelouse. . Il était également soupçonné de s’être baigné dans la mare, avant de la vider, par le trou d’une chatière. “Il semble que ces actes répétés aient été commis avec l’intention de faire comme s’il était encore chez lui et de le harceler.” Sa femme a dit dans son jugement.

Lire aussi l’enquête : Cet article est réservé à nos abonnés Comment le député Benoit Simien accusé de harcèlement échappe à la justice

Une autre enquête de harcèlement

Devant ces faits de harcèlement “Parfaitement Trouble” Le tribunal correctionnel de Bordeaux a également prononcé une nouvelle interdiction de contact d’un an, mais il n’a pas donné suite au parquet qui, en plus d’une peine de prison avec sursis, a requis une peine d’inéligibilité de trois ans. Le tribunal n’a pas retenu ce jugement complémentaire, estimant que “Les actes n’ont pas été commis dans le cadre de son activité parlementaire.” Simian devra également verser 5 000 € d’indemnités non pécuniaires et 1 200 € de frais de justice. Il a dix jours pour faire appel. En plus de ce dossier, un membre du personnel a accusé M. Simien de l’avoir forcée à dormir dans la même chambre qu’il habitait et d’avoir doublé des messages intimes entre fin 2020 et début 2021. Le parquet de Bordeaux a ouvert une enquête .

Candidat à la réélection à 5e Circonscription de Gironde sans être investi par la majorité présidentielle, le député dissident a été éliminé dès le premier tour des élections législatives, ne recueillant que 3,68 % des suffrages.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés Être parlementaire, c’est “des coups de poing, des horaires stupides, des députés qui nous crient dessus à propos de tout”

le scientifique

Leave a Reply

Your email address will not be published.