Macron a-t-il besoin de “30” députés pour obtenir la majorité absolue ?

Macron a-t-il besoin de “30” députés pour obtenir la majorité absolue ?

Emmanuel Macron. Ludovic Marin/AFP

C’est ce qu’a annoncé le chef de l’Etat lors de son allocution d’hier soir.

La punition est dure. Plus d’un mois après sa réélection, Emmanuel Macron n’a pas réussi à obtenir la majorité absolue à l’Assemblée nationale. Cela a alarmé l’exécutif, qui a pu compter sur trop d’élus pour faire passer ses textes. A l’invitation de la soirée des résultats de TF1, le ministre des Relations avec le Parlement, Olivier Veran, l’a assuré : «Nous allons construire une majorité si vite qu’elle deviendra absolue.»

Un message répété par Emmanuel Macron lui-même, lors de son allocution mercredi soir depuis l’Elysée. Le chef de l’Etat a appelé les opposants à la responsabilité et souligné qu’il y avait une pénurie.Une trentaine de députés sur 577Jusqu’à ce que le camp présidentiel devienne une vraie majorité. Mais la marche est-elle vraiment accessible ?

Les chiffres évoqués par le chef de l’Etat interrogent. Et pour une bonne raison. Si l’on prend les résultats dans le détail, la répartition est claire : 248 candidats d’Ensemble ! a été élu dimanche soir. Parmi eux figurent 171 de la Renaissance (ex-LREM), 48 du Modem et 29 du Parti Edouard Philippe, Horizons. La majorité absolue de 289 sièges. Ainsi, le calcul est simple : il manque actuellement à Emmanuel Macron au moins 41 parlementaires.

Alors, un bug technique ou une pub subtile ? Le chef de l’Etat a-t-il vraiment réussi à voler des élus ? dur à dire. A ce stade, aucun regroupement n’a été formalisé, et les partis ont plutôt tendance à insister sur leur position d’opposants en position de pouvoir. “Nous avons fait campagne dans l’opposition, nous sommes dans l’opposition et nous resterons dans l’opposition», Christian Jacob, président des Républicains, avait décidé, dans la soirée du même jour, d’annoncer les résultats. A gauche, la marge de manœuvre est plus réduite, et la coalition Nupes n’entend pas poursuivre l’appel à «DépasserLancé par Emmanuel Macron. “Nous ne pouvons pas répondre à ce faux appel‘, a déclaré le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faurie.

Chaque groupe a jusqu’au mardi 28 juin, à six heures du soir, pour déposer une liste nominative de chacun de ses membres et des députés qui lui sont associés au secrétariat général de la présidence de la République. D’ici là, les négociations entre les différents groupes, s’il y en a, seront dans l’ombre. Ce qui est certain, c’est que les parlementaires les plus modérés, de type centre-droit ou centre-gauche, sont dans le collimateur de l’exécutif, qui y voit des alliés potentiels.


voir également – Emmanuel Macron est-il toujours légitime ? Décryptage de son discours par un spécialiste de la rhétorique

Leave a Reply

Your email address will not be published.