Mondiaux 2022 – Une déception pour Manudo, Wattel et Hennik espèrent la finale

Mondiaux 2022 – Une déception pour Manudo, Wattel et Hennik espèrent la finale

Ce n’est pas forcément une surprise. Mais c’est une déception. Florent Manaudou n’a pas réussi à se qualifier pour la finale du 50 m nage libre. Pendant ce temps, Maxime Grost, médaillé d’argent du 100 m nage libre mercredi, a assuré sa place en finale grâce à un gros saut face à Bruno Fratos. Alors que Moen Tomac a terminé cinquième de la finale du 200 mètres dos, Melanie Henick et Mary Whattell ont opté pour la finale du 50 mètres papillon.
  • Regardez la retransmission en direct des championnats de France de cyclisme sur route du jeudi au dimanche sur Eurosport

Pour Florent Manaudou, c’est forcément une petite claque. Le triple médaillé olympique sur sa distance de prédilection (or à Londres, argent à Rio et Tokyo) n’est certes pas arrivé en Hongrie dans les meilleures conditions, après une saison “de transition”. Il avait conscience de ne pas avoir d’armes pour aller mieux se fâcher. Mais un échec en demi-finale pour la onzième fois (21″95) est une déception pour un tel champion habitué des finales internationales.

Championnats du monde

Manudou sans fin : “Ça prouve que le talent ne suffit pas et qu’il faut travailler”

il y a 4 heures

Tomac prend ses empreintes digitales

Manudou n’était tout simplement pas assez prêt pour ce rendez-vous. Auteur d’un bon départ alors qu’il tentait de prendre les devants, le co-leader des Bleus n’est pas allé loin devant la concurrence. Son compatriote, le jeune coureur calédonien Maxime Grost, l’attend. Quatrième de sa série (21”83), le médaillé d’argent du 100m nage libre en playoffs face au Brésilien Bruno Fratos. A 20h30, il devra lutter pour décrocher son billet pour la finale.

Quelques minutes plus tard, Mewen Tomac devait reprendre la cinquième place du 200 m dos. Le jeune Français (20 ans) n’a pas pu entrer dans la lutte pour le podium, malgré une course bien gérée. Mais il fixe une date pour la suite dans une finale remportée par Ryan Murphy où il améliore son meilleur score (1’56’35). “Je pensais que le podium irait moins vite que ça, a avoué le natif d’Evro au micro de France 4. Il faut encore travailler. Mais je suis content, je fais une course. C’est ma première finale. J’étais donc très présent.” J’ai probablement laissé beaucoup de plumes là-dedans. Et à deux ans de Paris 2024, ce n’est pas rien.

Hennik et Wattel, hâte d’être vendredi

Si les Français ont terminé septièmes de la finale du relais 4x200m loin des Etats-Unis, la journée bleue n’a pas été que décevante. Si Florent Manaudou craque, son coéquipier répond oui. La finale du 50m papillon s’annonce passionnante pour le Clan Tricolore. Car Melanie Henick et Mary Whattell ont de bonnes chances de jouer. Henique a assommé son monde jeudi en maîtrisant largement sa série (25’41). Elle a commencé comme une bombe, terminant troisième des demi-finales derrière la Suédoise Sarah Sjostrom et l’Américaine Tori Hoske, tout en tenant un peu sous le pied à l’arrivée.

A ses côtés ce vendredi se trouvera Marie Wattel. 7e place de la finale du 100 m nage libre Quelques minutes auparavant, la jeune femme de 27 ans, vice-championne du monde du 100 m papillon, avait parfaitement réagi en signant le sixième temps du coup (25″ 56). Et elle pouvait rêver d’une médaille autre à Budapest.

Championnats du monde

L’entraîneur d’Alvarez raconte l’histoire héroïque de son sauvetage : “Elle ne respirait pas”

il y a 9 heures

Championnats du monde

“Je suis juste un homme qui nage vite”: Popovici, La Révolution tranquille

il y a 9 heures

Leave a Reply

Your email address will not be published.