“On a pris les clés à 100%”, Zidane affronte Dominic lors de la Coupe du monde 2006

“On a pris les clés à 100%”, Zidane affronte Dominic lors de la Coupe du monde 2006

Zinedine Zidane a fourni des détails sur les circonstances de son retour en équipe de France en 2005, traitant notamment de Raymond Domenech, l’entraîneur de l’époque, qui n’a pas valorisé ses contacts lors de la Coupe du monde 2006, où le groupe a dominé.

La France occupe une place à part dans la carrière et le cœur de Zinedine Zidane. Champion du monde 1998 et d’Europe 2000, l’ancien meneur des Bleus a vécu une sorte de seconde vie chez les Bleus lorsqu’il a décidé de sortir de sa retraite internationale en 2005, un an après avoir décidé d’arrêter la sélection (dans la foulée de l’élimination de la France au Quarts de finale de l’Euro 2004). Dans une interview accordée à L’Equipe jeudi, il a déclaré avoir commencé à envisager un retour très rapidement en discutant avec Lillian Thuram et Claude Makelele. Il a minimisé Raymond Domenech, alors entraîneur, dans ce retour remarqué.

« Il est venu me voir, avoue-t-il simplement. Bon. Mais c’est mon envie de revenir qui m’a fait revenir ! “Il y avait plus d’éléments irrationnels, identifie Zizou. Mais coller à la rationalité, c’est moi. Nos discussions avec Lillian et Claude. Ça manque de blues. C’est reparti. C’est beau.”

“Les romans sur mon retour n’étaient pas vrais”

Un an après son retour, Zidane a participé à la finale de la Coupe du monde pour la troisième fois en 2006, terminant la finale après une phase de groupes très éprouvante. Seize ans plus tard, l’ancienne star du Real Madrid se souvient qu’il n’avait pas été remplacé par David Trezeguet dans les arrêts de jeu lors du deuxième match face à la Corée du Sud (1-1). « Il (Raymond Domenech) m’emmène chercher David Trezeguet, se souvient Zidane. Mais qui va le marquer, David ? Ce n’était pas clair. Et c’était bien. Faites-le. C’était allumé.

Une sorte d’autogestion a propulsé les Bleus vers une épopée épique en battant l’Espagne (3-1) en huitièmes de finale. On a pris les clés, on a viré Zidane. À 100 %. On était avec nous tous les jours avant le match. On nous a trouvé une place. C’était exceptionnel. On aurait dit qu’ils étaient les meilleurs ! De grands moments, pendant quatre heures. Au table. Il y avait une vraie cohésion. C’était dans une petite auberge. Manquant, à quelques kilomètres seulement de notre hôtel. Super ambiance.”

Il y a eu aussi le quart de finale magique contre le Brésil (1-0) que Zidane a décrit comme l’un de ses meilleurs matchs en équipe nationale. Il a même célébré la victoire en dansant à une table. “Moi, assis à une table et dansant, ça doit être vraiment extraordinaire, sourit Zizou. Dès qu’on est deux, je n’y arrive plus… Alors devant la quarantaine, ça doit être vraiment l’extase quand on voit les photos qui sortent, on voit l’ambiance entre nous.. C’est magique.. (Frank) Ribéry avec Jacques Chirac, il est énorme ! Frank considérait le président comme s’il était un ami du quartier, on riait, je n’y croyais pas !

Leave a Reply

Your email address will not be published.