Pour la BCE, la lutte contre les « spreads de taux » est au cœur de son mandat. Explications !

Pour la BCE, la lutte contre les « spreads de taux » est au cœur de son mandat.  Explications !

« La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a souligné lundi que le traitement des différences entre les taux d’emprunt souverains est « au cœur du mandat de l’institut », désamorçant les critiques qui pourraient considérer que la BCE abandonne son rôle. La Banque centrale européenne fixe sa politique monétaire pour dix-neuf Un pays de la zone euro et « lutter contre la fragmentation » est une « condition préalable à un bon transfert » de cette politique, comme il l’a annoncé lors d’une audition devant le Parlement européen. »

Reprenons sereinement et sans panique, vous pourrez exhiber vos dîners en ville en moins de 5 minutes avec les explications que vous avez apprises sur les tartinades !

« Spread » est un terme anglais (comme c’est presque toujours le cas lorsque vous voulez avoir l’air professionnel et à jour) qui est généralement utilisé en finance pour désigner un écart, c’est-à-dire la différence qui existe entre deux indicateurs ou des prix.

Pour faire simple “écarter” = différence.

Mais avouez qu’il est plus pédant de dire étalé, alors qu’il est « grenier » de dire « écart ».

Donc, puisque nous sommes des gens du grenier, restons simples.

La BCE considère donc qu’en termes de pouvoirs et de responsabilités (c’est le mandat dont nous parlons) il y a un fait à faire en sorte que les écarts de taux d’emprunt entre les différents pays de la zone euro ne deviennent pas trop importants.

Si l’Allemagne emprunte à 1 et l’Italie à 5, la différence est de 5-1 = 4 ! (Vous voyez, vous avez également maîtrisé les mathématiques de haute performance de la grande finance.)

Cette lutte contre la fragmentation est « au cœur du mandat » de la Banque centrale européenne, ont indiqué les Français. L’institution monétaire a dû réagir en urgence la semaine dernière pour montrer sa détermination à contrer toute baisse des taux d’intérêt de la zone euro et toute panique sur la dette italienne.

“Personne ne doit douter de notre détermination et de notre engagement”, déclare Christine Lagarde. En l’absence de réaction, a-t-elle dit, la BCE “ne fait pas la tâche qui nous est assignée par le traité, qui est d’assurer la stabilité des prix” fixée par une inflation à 2%. La Banque centrale européenne a annoncé la semaine dernière qu’elle développait un “nouvel outil anti-fragmentation” pour contrôler les fameux “spreads”.

Eh bien, ces histoires de différentiels de taux d’intérêt n’ont rien à voir avec la stabilité des prix et tout à voir avec l’endettement des pays, mais la BCE doit justifier ses actions, mais c’est presque la “bonne bouche” car pour éviter les spreads, le La BCE devra acheter de la dette Pays spécifiquement menacés par la baisse des taux d’intérêt. Et la Banque centrale européenne en achetant de la dette publique va augmenter la masse monétaire et donc l’inflation !

Plus la BCE évite la fragmentation, plus elle est forcée d’imprimer de la monnaie, et plus l’inflation augmente.

Vous savez presque tout sur le “spread” !

Charles Sannat

“Ceci est un article ‘d’information’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou partie à condition que ce paragraphe soit reproduit par la suite. Insolentiae.com est le site où Charles Sanat s’exprime au quotidien et propose une analyse grossière et implacable de l’actualité économique. Merci pour visiter mon site. Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter quotidienne gratuite sur www.insolentiae.com. »

Source : AFP via BFM ici

Leave a Reply

Your email address will not be published.