Zizou fête ses 50 ans ce jeudi : Zinedine Zidane, un regard d’Algérie

Zizou fête ses 50 ans ce jeudi : Zinedine Zidane, un regard d’Algérie

Quand on a commencé à entendre parler de Zinedine Zidane en Algérie au milieu des années 90, certains se sont interrogés sur une éventuelle relation avec le grand attaquant Djamel Zidane, qui a joué avec les Renards du désert lors des Coupes du monde 1982 et 1986… Pas de rapport ! Djamel est originaire d’Alger tandis que Zinedine est né à Marseille, fils d’Ismail Zidan, qui a quitté son village d’Aguemoune Ath Slimane en 1953, dans la petite Kabylie, pour venir travailler en France.

À l’été 1996, après l’Euro, lorsqu’il signe à la Juventus, Zidanimania s’installe dans le pays de son père : Dans les années 1990, marquées par la guerre civile et un football national dévastateur, nous n’avions pas d’icônes à égaler.selon le journaliste algérien Naim Bandra en 2021 pour Il a donc présenté. Zidane était un footballeur redoutable, titulaire de la Juventus et capitaine d’une équipe de France très compétitive. Par ses exploits, nous avons été ébranlés par le jeu d’acteur d’un grand joueur, qui plus est, il n’a pas renié ses racines algériennes et kabyles. Nous étions donc fiers de lui, même si nous savions qu’il était d’abord français. “

Football

De Zinedine Zidane à Zidane, un éloge de la patience

avant un jour

L’équipe nationale algérienne a-t-elle raté Zidane ?

Dans un pays où le football est une religion mais qui n’a pas réussi à se qualifier pour les Coupes du monde 1990, 94 et 98, une légende urbaine têtue, comprenant tous les immigrés de la diaspora, déchaînerait les émotions. On raconte qu’en 1990, l’année où l’Algérie venait de remporter la Coupe d’Afrique des nations à domicile, Abdelhamid Karmali, l’entraîneur de l’époque, avait limogé le jeune binational Zinedine qui devait être conseillé. sagesse? “très lent“ou”Tellement lourdSelon d’autres versions…

Lors de la victoire des Bleus en 1998, la passion algérienne pour Zidane contrastait vraiment avec l’admiration et le grand regret de beaucoup que le football algérien ait manqué”.le meilleur joueur au mondeCette légende ne prendra fin qu’en mai 2006 avec la dernière mise au point de feu Karmali à la télévision algérienne : «C’est une erreur absolue ! A cette époque, au début des années 90, Zidane était peu connu. Allez demander à mes adjoints Saadi, Ferghani et Abdel-Wahhab qui étaient avec moi en équipe nationale. Ils peuvent en témoigner ! Zizou est visible. Un joueur rare que je respecte beaucoup. “

Zinedine Zidane lors de sa première sélection en août 1994

1 crédit

Six mois plus tard, lors d’un voyage en Algérie, Zinedine lui-même nierait avec véhémence avoir été appelé chez les Renards du désert, “Tu as joué toutes les catégories en équipe de France, de la minime à la senior‘, clôturant à jamais cette folle histoire.

Outre la douloureuse fierté nationale, cet “échec” largement imaginé de Zizou dans les renards du désert, il faut surtout voir l’extraordinaire engouement des Algériens pour le football. Tout simplement… Zinedine, qui est issu de la grande communauté algérienne de Marseille, incarne l’archétype idéal du footballeur comme on les aime d’Alger à Tamanrasset : “En Algérie il y a l’amour d’un beau jeu, d’un beau gesteNaim Bandra a disparu dans le magazine Afterfoot. Le public adore les meneurs de jeu avec leur maniement du ballon de soie, leur perspective, leur instinct créatif et leur art du dribble. Et ce, de Makhloufi, Delib, Al-Bloumi, ou Al-Saeb, à Ben Arabiya, Mahrez ou El Feghouli… Notre référence commune avec la France est clairement Zinedine Zidane : il nous a tous inspirés en France et en Algérie, il est notre modèle depuis les années 2000“.

Les Algériens apprécient autant le guerrier Zidane que le joueur, sinon plus

Inutile de préciser que son tir aérien paradisiaque pour le Real Madrid face à Leverkusen en Finale de C1 2002 ou sa prestation exceptionnelle face au Brésil lors de la Coupe du monde 2006 ont été fièrement rediffusés, décortiqués, pesés… et surfaits !

En juillet 1998, le fier peuple algérien « Zizou » célébrait la victoire des Bleus. Et il apparaît encore aujourd’hui comme son noble représentant de la diaspora à l’étranger. Tout compte fait, cette admiration sociétale, dans le bon sens du terme, s’apparente quelque peu à la fierté des Italiens envers leurs estimés cousins ​​américains (Sinatra, Di Maggio, Stallone, Al Pacino, Madonna, DiCaprio) ou qui en sont encore fiers. Peuple irlandais Présentation du charismatique président John F. Kennedy aux États-Unis.

Zinedine Zidane lors de la Coupe du monde 1998 France et Brésil

Crédit : Getty Images

D’ailleurs, même le dessin animé que les Algériens réclameront unanimement, virilité très sud-méditerranéenne qui aurait poussé “Zizou” (16 cartons rouges dans sa carrière !) à donner un coup de tête à l’horrible Marco Materazzi à Berlin : « Là, il a fait parler son Algérie, sa tribu ! Chez So Foot, le journaliste algérien Houcine Harzoun s’est moqué de lui un Kabyle. Même s’il s’agit d’une finale de Coupe du monde, à gros enjeux, la Kabylie est prête à tout pour sauver son honneur ou celui de ses proches (sa sœur a été visée, ndlr). Et par atavisme, Zidane a répondu, un sang chaud ! Les Algériens apprécient autant le guerrier Zidane que le joueur, sinon plus. “

Il n’est pas rare de trouver dans les cafés d’Algérie des affiches de “Yazid” en train de noyer la poitrine de Materazzi !

“Zizou” n’est pas un nom français ou arabe propre

Même s’il y était bien aimé aussi parce qu’il n’a jamais renié ses origines (“L’Algérie et les tribus dans mon coeur“, Dixit Z), les Algériens le considèrent avant tout français, comme le confirme Naim Bandra. De ses quatre fils (Enzo, Luca, Teo et Elias) ils l’ont ramené à une parenté plus qu’une affiliation pleine et entière, avec la patrie de ses parents, mais c’est une parenté intime et profonde.

Sculpture Zinédine Zidane

Crédit : Getty Images

Avec son doux surnom, “Zizou”, prononcé ici et là avec une grande impartialité consensuelle (un nom qui n’est ni vraiment français ni strictement arabe), le Beur des Bleus Black-Blanc-Beur s’est imposé comme un symbole politique sportif, voire de force, de réconciliation entre deux pays marqués par la longue guerre d’Algérie (1954-1962). Sur la rive sud de la Méditerranée, dans un pays encore marqué par ce passé douloureux, la “Tête de Zizou”, projetée sur la façade de l’Arc de Triomphe et scandée dans toute la France, a beaucoup fait pour apaiser le mécontentement.

C’était tout le sens de sa profession de foi («Je suis très fier d’être ce trait d’union entre l’Algérie et la France.) annoncé avant le match France-Algérie du 6 octobre 2001, conçu comme une sorte de jubilé de Zidane…

Zine El-Din et ses amis de France 98 ont également commencé son œuvre caritative envers le pays de ses ancêtres. A son initiative, une rencontre amicale entre les Blues Jacquet et l’Olympique de Marseille a permis de récolter 935 000 euros pour venir en aide aux sinistrés du terrible tremblement de terre de Boumerdes (45 km d’Alger) en mai 2003. C’est un geste que nous apprécions particulièrement et qui sera suivi d’effet. aujourd’hui par de nombreuses mesures médicales et sanitaires dans le cadre de la Fondation Zidane qui y maintient sa forte cote d’amour…

Entraîneur de l’Algérie un jour ?

La cote de Love est restée élevée grâce à ses victoires en tant qu’entraîneur du Real Madrid, mais a été partiellement éclipsée par les exploits de Riyad Mahrez, comme le note Hussein Harzoun : «Le Riad d’aujourd’hui est le héros des nouvelles générations. Il est la star de l’équipe nationale qui a remporté la Coupe d’Afrique des Nations. Lui aussi est né en France, mais il a l’air plus algérien que Zidane. “

Cependant, les succès de l’illustre cheikh à Madrid, ont donné l’espoir au pays de le voir un jour entraîner l’équipe nationale. Espoir pas fou… d’abord parce que son père Ismail, qui le vénère, a émis le désir (pas obligatoire bien sûr) de diriger un jour une équipe algérienne que son fils soutient en bon supporter en un – deux – trois… mais aussi parce que, comme de grands entraîneurs. Pour ceux qui ont parfois envie de vivre la Coupe du monde, Zinedine peut faire équipe avec les Renards du désert sur une mission courte avec un enjeu majeur (Coupe du monde, CAN) et tant que ceux-ci sont évidemment très compétitif…

Mais, là-bas comme ici, chacun sait que la nouvelle grande détermination de son destin hors du commun se fera bientôt avec sa nomination comme sélectionneur de la France. Un juste retour des choses : il est vraiment né avec elle dans le monde du football le soir du 17 août 1994 à Bordeaux, en signant un doublé inoubliable contre la République tchèque (2-2)… lorsqu’il est arrivé en tête Clairefontaine chez les Bleus, Zinédine Zidane serait « franco-algérien » la fierté de deux pays ce jour-là.

Football

De Zinedine Zidane à Zidane, un éloge de la patience

avant un jour

Coupe du Monde

Zidane : “Bixente était le seul qui aurait pu me contenir”

19/06/2022 à 11:10

Leave a Reply

Your email address will not be published.