COVID-19 : l’Autriche met fin à l’obligation de vaccination

COVID-19 : l’Autriche met fin à l’obligation de vaccination

La politique de vaccination obligatoire pour lutter contre la pandémie de Covid-19 a été mise en place en Autriche le 5 février, et le gouvernement autrichien l’a abandonnée le jeudi 23 juin.

“La variante Omicron a changé les règles”. Cette condamnation, annoncée par le ministre autrichien de la Santé Johannes Rauch, a permis de justifier l’expiration de l’obligation de vaccination décidée jeudi par l’exécutif autrichien. « Il faut désormais vivre avec le Covid-19, nous allons donc mettre en œuvre une série de mesures, ce qui signifie la fin de la vaccination obligatoire », a confirmé ce dernier lors d’une conférence de presse donnée viennoise) ce jeudi.

Autre justification donnée par le ministre autrichien, qui est le contexte sanitaire de l’époque, avec des lits d’hôpitaux surchargés en raison de la férocité des premières variables. Selon lui, la politique de vaccination obligatoire “s’est inscrite dans un contexte différent (…) mais la variante Omicron a changé les règles. Même ceux qui ont accepté la vaccination hésitent désormais à donner une nouvelle dose”.

En effet, cette mesure avait déjà été suspendue par le gouvernement autrichien en mars dernier, un mois après sa mise en place, en raison de la virulence de la variante Omicron moins prononcée par rapport à ses prédécesseurs. Le ministre de la Santé a souligné que cette loi n’était pas considérée par le comité d’experts comme “nécessaire ni d’un point de vue médical ni constitutionnel”, mais créait plutôt une “division profonde au sein de la société autrichienne”.

Loi controversée en Autriche

Le texte de loi est entré en vigueur le 5 février, puis est devenu inédit au sein de l’Union européenne, ce qui a créé un fort rejet de la population autrichienne. Tous les Autrichiens adultes ont été concernés par la mesure, à l’exception des femmes enceintes, des personnes ayant contracté le virus il y a moins de 180 jours et des citoyens exemptés pour des raisons médicales.

Afin de faire appliquer cette loi controversée, le gouvernement vise à mettre en place début mars des contrôles sur l’ensemble du territoire, avec des sanctions allant de 600 à 3 600 euros. Mais la baisse de la pollution liée à la virulence réduite des nouvelles variables dans le pays a conduit à une suspension temporaire de cette mesure en mars.

Actuellement, 62% de la population autrichienne possède un certificat de vaccination valide et le nombre total de décès dans le pays a atteint 18 700 depuis le début de l’épidémie de coronavirus.

Leave a Reply

Your email address will not be published.