Le comité critique la pression “effrontée” de Trump sur le ministère de la Justice

Le comité critique la pression “effrontée” de Trump sur le ministère de la Justice

Stephen Engel, Jeffrey Rosen et Richard Donoghue, trois hauts fonctionnaires du ministère américain de la Justice prêtent serment devant l'enquête de la Chambre des communes sur Capitol Storm, à Washington, le 23 juin 2022.

Jeudi 23 juin, la commission d’enquête parlementaire sur l’attentat du Capitole s’est attaquée aux tentatives “éhonté” De Donald Trump à faire pression sur le ministère de la Justice pour qu’il soutienne ses fausses allégations de fraude électorale concernant l’élection présidentielle remportée par Joe Biden. Au cours de cette cinquième audition publique, les neuf élus – sept démocrates et deux républicains répudiés par leur parti – ont détaillé les pressions détenues par M. Trump sur le Cla ministère et nom fis de les les être Jeff ready for Interférer avec les résultats des élections présidentielles.

Donald Trump ne voulait pas seulement que le ministère de la Justice enquête. Il voulait que le ministère de la Justice l’aide à légitimer ses mensonges et son affirmation sans fondement selon laquelle les élections avaient été truquées.Note Président du Comité Benny Thompson. Les élus ont renoué avec les tensions au sein du ministère dans les jours qui ont précédé le 6 janvier 2021, lorsque le président défait a fait face à une rébellion interne alors qu’il tentait d’installer un proche à la tête de l’establishment. “C’était une tentative effrontée d’utiliser le ministère de la Justice pour faire avancer les intérêts politiques personnels du président.”M. Thompson a ajouté.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés Attaque du Capitole : pression du clan Trump pour modifier le résultat de l’élection présidentielle détaillé devant la commission d’enquête

L’ancien secrétaire adjoint par intérim, Richard Donoghue, a témoigné qu’il avait dit à plusieurs reprises à l’ancien président américain que ses allégations de fraude électorale n’étaient pas fondées. M. Trump a simplement répété qu’il avait remporté l’élection présidentielle. “Dites simplement que l’élection est truquée”, a déclaré le président, et laissez le reste entre mes mains et celles des élus républicains.M. Donoghue a déclaré, sur la base de ses notes prises lors d’une conversation téléphonique avec M. Trump et l’ancien secrétaire par intérim Jeffrey Rosen.

“Faits, preuves et lois”

Et lorsqu’il a vu que les hauts fonctionnaires du ministère de la Justice refusaient de s’incliner, le président défait a tenté d’installer un de ses proches à la tête de l’institution. Jeffrey Clark, un fonctionnaire de niveau intermédiaire qui a épousé les théories du président sur les élections frauduleuses, avait réfuté les résultats du département, qui n’ont trouvé aucune preuve de fraude qui aurait pu modifier le résultat du scrutin de novembre.

Jeffrey Clark a également dû intervenir au nom du département pour refuser de certifier le résultat des élections dans l’Etat clé de Géorgie, où Joe Biden n’a obtenu que 12 000 voix d’avance. La Commission a appris que M. Clark a préparé une lettre aux élus géorgiens, dans laquelle il affirme que le Département a découvert des preuves de fraude généralisée en Géorgie, ce qui est faux. Mais d’autres responsables du ministère de la Justice ont refusé de signer la lettre et un conseiller juridique de la Maison Blanche, Eric Hirschman, a révélé qu’il avait dit à Jeff Clark que l’envoi de la lettre était “un crime”.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés L’attaque du Capitole : comment Donald Trump a voulu recruter Mike Pence dans un coup d’État

M. Trump a déclaré à Jeffrey Rosen et Richard Donoghue qu’il lui avait été conseillé de les licencier et de nommer Jeffrey Clark au poste de secrétaire par intérim. “Je lui ai répondu (…) Monsieur le président, vous avez besoin des bons fonctionnaires pour vous, mais vous devez comprendre que le ministère de la Justice fonctionne sur la base de faits, de preuves et de lois. Cela ne changera pas.”dit M. Donoghue. L’ancien secrétaire adjoint a également déclaré qu’il avait averti Jeffrey Clark de ses efforts pour étayer les allégations de fraude. “Ce n’était rien de moins qu’une intervention du ministère Justice dans les résultats de l’élection présidentielle..

Menacer de démissionner

Jeffrey Rosen, Richard Donoghue, Stephen Engel, un haut responsable du département, et Pat Cipollone, l’avocat de la Maison Blanche, ont menacé de démissionner lors d’une réunion avec le président le 3 janvier, avertissant qu’ils prendraient le meilleur avec eux. pays. Donald Trump a abandonné la désignation de Jeffrey Clark, qui a refusé de témoigner devant la commission d’enquête.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés L’attaque du Capitole : une étonnante plongée dans les mensonges de Donald Trump

Ce dernier a annoncé mercredi que deux autres séances se tiendront avant l’arrêt des travaux le 4 juillet et que les travaux reprendront plus tard, si nécessaire. Après un an d’enquête, la commission aimerait présenter ses conclusions avant la fin de l’été, qui met Donald Trump au cœur tenter un coup d’état Ce qui a abouti à une attaque par des centaines de ses partisans contre le bâtiment du Capitole à Washington le 6 janvier 2021, au cours de laquelle des élus ont confirmé la victoire de Joe Biden.

Des images de chaos dans et autour du Capitole se sont répandues dans le monde entier et ont secoué la démocratie américaine pendant quelques heures.

Le monde avec l’AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.