Qui est Ousmane Deng, le Français qui a affolé les recrues avant le repêchage de la NBA

Qui est Ousmane Deng, le Français qui a affolé les recrues avant le repêchage de la NBA

L’ailier français Osman Deng (2,08 m, 19 ans) a promis de se hisser au repêchage 2022, qui sera organisé dans la nuit de jeudi à vendredi. Véritable phénomène physique doté d’un bagage artistique rare pour sa taille, l’ancien pensionnaire du Centre Fédéral est aussi loué pour ses qualités humaines et sa stabilité d’esprit.

« Paul Georges » ; “Copie moderne et 2.08 CE d’Antoine Rigaud” ; Un joueur qui “doit être inspiré par Brandon Ingram ou Kevin Durant”. Les comparaisons utilisées par ceux qui ont côtoyé de près Osman Deng suffisent à comprendre l’ampleur du phénomène français, lorsque ce dernier a frappé à la porte de la NBA. Dans la nuit de jeudi à vendredi, l’ailier de 19 ans, formé à la Fed et parti s’imposer en Championnat d’Australie la saison dernière (8,9 points, 3,1 rebonds, 1 passe en 20,4 minutes), devrait, sauf imprévu surprise, be Le premier Hab à être convoqué lors de la grand-messe annuelle est The Draft.

Le natif du Lot-et-Garonne, né en 2003, flippe parmi les éclaireurs de la meilleure ligue du monde, et sa cote grimpe depuis plusieurs semaines. A quelques heures de la fête, le voir devenir le quatrième Français de l’histoire à être intronisé dans le top ten (Noah en 2007, Netlikina en 2017 et Hayes en 2020) n’est pas incongru. Dans les dernières prédictions célèbres brouillons fantômes, oscille entre la neuvième et la douzième, ce qui l’enverrait aux San Antonio Spurs ou au Oklahoma City Thunder. Loin de ces attentes, tous les observateurs s’accordent sur un point : les jeunes Canadiens ont un potentiel presque illimité.

Coup d’aile, technique d’arrière et vision du meneur de jeu

Usman Deng est simplement un joueur extérieur dans son corps intérieur. 2,08 m sous oppression, tir sur les ailes, style de secondeur et vision du capitaine. “Osman est unique en raison de son mélange de compétences et de sa taille”, a déclaré l’entraîneur des Breakers néo-zélandais Moody Mauer (il était assistant la saison dernière), que Dieng a rejoint l’été dernier pour poursuivre sa progression après un stage à l’Insep. Son jeu offensif est un vrai jeu Protéger. Il continue en disant qu’il peut vraiment se rattraper ainsi que ses coéquipiers. Ce qui le distingue le plus, c’est sa vision du terrain et son dépassement. S’il travaille dur et continue de s’améliorer comme il l’a fait cette saison, c’est exactement ce qu’est le basket moderne.”

Capable de défendre toutes les positions

Sautant dans la NBA, Ding a également une expérience défensive plus que solide. Grâce à sa mobilité, il peut défendre presque n’importe quelle position. Ryan Robert, l’un des plus grands talents de la génération 2004 et un candidat potentiel pour le repêchage de la NBA l’année prochaine, a pu s’en rendre compte en détachant sur lui à la Fed. Lui, l’arrière latéral principal de 1,96 mètre, admet qu’il a eu du mal à prendre l’aile.

“Il a de très bons appuis et se déplace vite, assure le futur joueur de The Breakers. On l’a beaucoup comparé à Paul George, et j’avoue que c’est le joueur qui me vient tout de suite à l’esprit. Il a une grande aile, il est grand et assez mobile. C’est un joueur qui peut attaquer. Mais aussi polyvalent en défense.”

“Sur le terrain, ses partenaires l’adorent. Il a ce truc qui attire tout le monde autour de lui, il fait l’unanimité, comme tous les grands joueurs.”

Bref, Usman Deng a un physique extraordinaire qui sera plus qu’une simple carrure. Jean-Amy Toubani, entraîneur de l’équipe de France féminine depuis l’an dernier, le jeune ailier a été sous ses ordres à la Fed pendant plusieurs saisons avant le départ de la jeune star des Breakers. Il affirme avoir admiré sa mentalité sur et en dehors du terrain.

“Osman est un personnage désirable. Il est calme, a une bonne attitude, décrit-il. C’est un garçon émotionnellement stable et bien entouré. Il a tout compris des exigences de haut niveau. Quand on le regarde, on voit que c’est un garçon différent Partout dans le monde, quand on engage un joueur, on veut qu’il soit un grand joueur mais aussi qu’il soit capable de vivre en groupe, d’écouter et d’échanger. Je n’ai jamais eu de problème avec lui en dehors du terrain. Sur le court, ses partenaires l’adorent. Il a ce truc qui attire tout le monde autour de lui, il fait l’unanimité, comme tous les grands joueurs.”

Des réserves sur sa croissance musculaire?

De cette façon, Osman Deng possède tout de la perle rare et il semble presque incompréhensible de le voir annoncé “seulement” dans le top dix lors du prochain repêchage. En ce moment, il y a un facteur majeur qui pourrait rendre les recrues un peu hésitantes : son faible développement musculaire. Contrairement à d’autres possibilités, le Français n’est pas “NBA ready” et est actuellement trop faible pour résister aux rigueurs physiques de la Grande Ligue. “La plus grande faiblesse est que son corps n’est pas encore prêt pour la NBA, donc cela n’aura peut-être pas beaucoup d’impact dès le départ, estime Moody Maor. Tout le monde devrait avoir un peu de patience avec lui, car cela leur permet de se développer au bon moment.” rythme.”

“Parfois, on a l’impression qu’il est très gentil. Mais ce n’est pas vrai, être gentil en dehors du terrain, c’est autre chose. Il a aussi une force mentale sur le terrain, c’est quelqu’un qu’il ne soupçonne jamais.”

“Sa marge de progression est physique, soutient Ryan. Mais ce n’est pas vraiment un problème car c’est le cas de beaucoup de jeunes joueurs et il pourrait facilement prendre de la masse en NBA.”

Ayant joué contre les seniors lors des trois dernières saisons (deux en National 1 avec Federal Center et une en Australie NBL avec The Breakers), Osman Dieng a pourtant déjà eu l’occasion de se mesurer à des joueurs physiquement “hors”. D’autant que le jeune homme, comme le souligne Jean-Aimée Tauban, a aussi un super mental.

grand esprit

“Parce que c’est si gros, ce n’est pas tout à fait fini. Mais depuis un an, il a occupé pas mal de boulots, et il a déjà eu un impact physique plus important. Parfois, il a l’air très mignon. Mais ce n’est pas vrai, être gentil en dehors du terrain, c’est quelque chose Il a aussi de la force mentale sur le terrain, c’est quelqu’un qui ne doute jamais, comme le confirme son ancien entraîneur. expérience, mais ça vient avec le temps et c’est quelque chose qui vient très vite, surtout vu le niveau auquel il évolue. Je l’avais vu il y a trois ans quand il est arrivé ici (Au Centre Fédéral, NDLR) … nous avons des photos ! “Tout indique que ceux-ci pourraient apparaître rapidement si les Français réussissaient à conquérir l’Amérique.

D’autres français pouvant être recrutés, tous au second tour (après la 30e place)

  • Ismaïl Kamagat (panier parisien)
  • Hugo Besson (casseurs néo-zélandais)
  • Moussa Diabatti (Michigan)
  • Yoan Makoundou (Chullet)

Félix Gabori Journaliste RMC Sport

Leave a Reply

Your email address will not be published.