Résultats du baccalauréat : les lycéens sont stables ce matin

A-t-il été accepté, corrigé ou échoué ? C’est le jour J pour près de 710 000 candidats au nouveau format du baccalauréat. Ils découvriront leurs résultats mardi 5 juillet au matin, fruit d’une séance bien tenue, pour la première fois après deux ans perturbés par le Covid-19.

Dès 8h dans certaines académies, mais principalement à partir de 10h (les Académies de Paris, Créteil, Versailles, Lyon, Bordeaux ou Toulouse, notamment), les lycéens des filières générales, technologiques et professionnelles pourront consulter leurs résultats en ligne ou Sur des panneaux d’affichage dans la cour de leur établissement.

Même si le baccalauréat a perdu sa portée symbolique avec la réforme Blanquer, qui a introduit une forte dose de contrôle constant, l’annonce des résultats reste un moment important pour les lycéens. “Le baccalauréat est l’aboutissement de nombreuses années d’études, nous avons beaucoup travaillé pour cela, alors j’attends ces résultats avec anxiété et impatience”Ludivine, 18 ans, est en terminale dans un lycée parisien.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés L’augmentation alarmante de la “fatigue scolaire” chez les lycéens

Controverse des notes

Sur les 709 399 candidats qui tentent d’obtenir le diplôme prisé cette année, plus de la moitié (53,7%) ont obtenu le baccalauréat général, qui se compose désormais d’un tronc commun de matières, complété par deux cours spécialisés personnalisés choisis par les étudiants. 26,2% réussissent le bac professionnel et 20% le bac technologique.

Depuis sa réforme en 2019, la note du baccalauréat repose à 40 % sur le contrôle continu et à 60 % sur les épreuves finales (français écrit et oral, réussite 1ère, philo, épreuves spécialisées, grand oral, réussite finale). Parmi les majeures les plus choisies en 2022 figurent les mathématiques, avec 142 730 candidats, les sciences économiques et sociales (136 466), et l’histoire, la géographie, la géopolitique et les sciences politiques (106 994).

Cette année, les nouvelles épreuves du baccalauréat général (pour lesquelles les élèves choisissent deux filières spécialisées) se déroulent en intégralité, pour la première fois après deux années perturbées par le Covid. En 2020, les élèves du secondaire ont obtenu – ou n’ont pas obtenu – un baccalauréat sur la base de notes d’évaluation continue. En raison de la pandémie, les événements sont annulés. En l’absence de copies d’examens, les bulletins scolaires – nécessairement disparates – étaient coordonnés en masse, toujours en augmentation.

En 2021, l’évaluation continue est restée l’essentiel de la note de l’examen final. La philosophie était la seule épreuve écrite, avec le français en premier. En matière d’enseignement correctif, la charité est restée de mise et le taux de réussite au baccalauréat général s’est stabilisé au-dessus de 95 %.

2022 devait être l’année du retour à la normale – tant dans l’organisation des examens que dans leur correction. Mais les correcteurs des tests ont déclaré à la mi-juin que certains scores avaient été augmentés sans leur consentement. Une polémique a balayé le ministère, qui a confirmé cette” il n’y a pas[vait] Il n’y a pas d’instructions nationales pour élever les notes..

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés Le baccalauréat face à une inflation “incontrôlable” des notes

“Pays publics” réclamés pour le baccalauréat

Les notes des examens de spécialité, ainsi que la philosophie et l’épreuve orale n’étaient pas prises en compte dans la plateforme d’accès à l’enseignement supérieur Parcoursup, qui depuis début juin apporte ses réponses aux souhaits des candidats. Mais ils comptent en moyenne au bac, le sésame nécessaire pour ceux qui veulent poursuivre leurs études.

Mais dans un communiqué commun, les associations professionnelles d’enseignants ont estimé qu’il s’agit du premier cycle de l’ensemble du nouveau baccalauréat “Souligne” elles ou ils “Peurs”C’est “Le baccalauréat, en tant qu’examen national dont l’institution garantit la valeur, n’existe plus”. Impatient de« Un bilan de la réforme du lycée et du baccalauréat »cette conférence des Associations d’Éducateurs Professionnels – qui regroupe notamment l’APBG (Association des Professeurs de Biologie et de Géologie), l’APHG (Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie) ou encore l’APMEP (Professeurs de Mathématiques de l’Enseignement Général) – souhaite Organisation de l’Assemblée Générale du Lycée.

Le taux de réussite au baccalauréat dépasse les 80 % depuis 2012. L’an dernier, près de 94 % des candidats ont réussi l’épreuve qui donne accès à l’enseignement supérieur. Cette année, les courses de rattrapage commenceront le lendemain des résultats, mercredi, et se poursuivront jusqu’à vendredi.

Lire aussi l’analyse : Cet article est réservé à nos abonnés Parcoursup risque de “tuer” le bac

Le monde avec l’AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.