Le nouveau ministre de la Santé, François Browne, a déclaré que la réintégration des soignants non vaccinés reste “sans pertinence”

François Brown a précisé que seuls 0,53 % des agents ont été licenciés, soit moins de 12 000 personnes de toutes professions confondues.

Article de

publié

Modernisation

temps de lecture : 1 minute.

Réintégrer les soignants non vaccinés contre le COVID “pas de lien”, Le nouveau ministre de la Santé, François Browne, l’a confirmé mardi 5 juillet. Lors d’une audition à l’Assemblée nationale, il a souligné le faible nombre de personnels hospitaliers suspendus pour ce motif.

“La dernière enquête auprès des agences régionales de santé (ARS) et des établissements sanitaires et médico-sociaux montre un très faible pourcentage d’impayés, 0,53%”Il a souligné lors de la discussion du projet de loi sur « la surveillance et la sécurité sanitaire ». Cela représente “Un peu moins de 12 000 [personnes] Tous métiers confondus avec personnels techniques et administratifsIl a dit plus tard en réponse à une question.

Le texte du gouvernement marque la fin de la plupart des mesures d’urgence sanitaire contre la pandémie de Covid-19 après le 31 juillet. La réinsertion de ces soignants a fait l’objet d’une série d’interrogations de la part de plusieurs groupes opposés. Le représentant Ugo Bernalesis (LFI), notamment, avait précédemment demandé au ministre s’il était Planification de la réintégration des soignants Passé ce délai était estimé Philip Jocelyn (LR) “Il est temps d’accorder une sorte de grâce”.

“Ce n’est pas une question objective et ce n’est pas l’objet de ce texte”François Brown a répondu. “Je préfère mettre l’accent sur la responsabilité et l’engagement de la grande majorité des professionnels vaccinés”le médecin urgentiste a ajouté ceci par profession, expliquant Ne pas être vacciné signifie plus de patients [donc] Un fardeau supplémentaire pour notre système de santé. mais “La suspension de cette obligation reste possible par décret, après consultation des autorités scientifiques, bien sûr, et si la situation épidémiologique le permet.”.

Leave a Reply

Your email address will not be published.