Orque coincée dans la Seine : l’autopsie révèle des munitions à la base du crâne

Un épaulard décédé après avoir sillonné la Seine est mort et a été autopsié en mai entre Le Havre et Rouen. Les munitions étaient coincées dans son crâne.

Le sort de cet orque, aperçu dans la Seine en mai, a ému les Français. Loin de son habitat naturel et en mauvais état, l’animal est mort avant même que la procédure d’euthanasie prévue ne soit effectuée. Ses résultats d’autopsie, révélés mercredi 6 juillet, indiquent qu’une balle a été retrouvée à la base de son crâne.

Dans un communiqué, la Préfecture de Sen Maritime a précisé qu’elle “ne peut pas être certaine à ce stade” du lien entre ces munitions et la mort de cet épaulard. De plus, “il n’est pas possible de déterminer la date à laquelle la balle est entrée dans le corps de l’animal”.

Les premiers résultats d’autopsie, réalisés le 31 mai, confortent l’hypothèse de famine. Il s’agit d’un “état de faiblesse” sévère, dû au fait que l’animal “a cessé de s’alimenter” et se retrouve isolé, bien que son espèce se développe généralement en groupe.

Cet épaulard mesurait plus de quatre mètres de long, ce qui a été identifié comme une femelle « immature », et il pesait 1 100 kg peu avant sa mort. L’autopsie (l’autopsie pratiquée sur le cadavre d’un animal, ndlr) a confirmé sa “mauvaise condition physique”.

Plainte de Sea Shepherd

A ce stade, le département considère que “la cause exacte du décès est inconnue” mais “les éléments recueillis indiquent que son décès n’est pas directement lié à son passage dans la Seine”.

En réponse à cette nouvelle information, l’association Sea Shepherd France a annoncé sur Twitter son intention de porter plainte contre X pour “tentative de destruction d’une espèce protégée”. Les résultats de l’autopsie ont également été transmis au procureur de la République de Rouen, pour déterminer “la suite qu’il souhaite lui donner”.

D’autres résultats d’analyses menées sur les restes de ce jeune épaulard sont attendus dans les prochains mois. Après cela, son squelette sera préparé pour rejoindre le Sanctuaire des Mammifères Marins du Muséum National d’Histoire Naturelle.

Leave a Reply

Your email address will not be published.