A Transavia France, le syndicat du personnel navigant a appelé à la grève du 13 au 17 juillet

Le syndicat du personnel navigant commercial SNPNC-FO, qui représente les hôtesses et stewards d’Air Transavia France, filiale d’Air France KLM, a appelé à la grève du mercredi 13 juillet au dimanche 17 juillet.

Dans un communiqué publié dimanche 10 juillet, le syndicat a exigé une augmentation des salaires et dénoncé les conditions de travail à bas prix des équipages de l’entreprise.

Cet appel à la grève intervient dans un contexte particulièrement tendu dans le transport aérien à la rentrée. Les salariés des aéroports de Paris ont voté, vendredi 8 juillet, la levée du préavis de grève après avoir perçu des augmentations de salaire, dans les cas extrêmes avant que ne commence l’afflux des grands départs en congé.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés “Ça bouge partout” : sous l’effet de l’inflation, la mobilisation salariale se multiplie en France

Premier week-end sauvé

Ces salariés, réunis en assemblée publique à Roissy-Charles-de-Gaulle, ont ratifié un accord prévoyant une augmentation générale de 3% pour l’ensemble des salariés du groupe ADP, a constaté un journaliste de l’AFP. A cette hausse de 3% s’ajoutent une réévaluation des réseaux de paie et une revalorisation salariale pour environ 1.800 salariés dont les salaires sont en dessous du niveau de référence pour 2019, selon des précisions rapportées par la CGT.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés Les compagnies low-cost remplissent à nouveau leurs avions, mais le climat social se dégrade

En 2021, les employés d’ADP, une entreprise publique, ont accepté de réduire leurs salaires pour aider l’entreprise à traverser la crise du Covid-19. Le groupe a également mis en place un plan de départs volontaires et s’est engagé à ce que les salaires retrouvent leur niveau d’avant-crise une fois que les effets de celle-ci sur le trafic se seront dissipés.

La fin du conflit a évité des perturbations dans les aéroports de la région parisienne, qui voit affluer des dizaines de milliers de voyageurs le premier week-end des grands départs estivaux. La possibilité d’annulations de vols s’est déjà estompée jeudi avec la signature du premier accord entre le Groupe ADP et les pompiers de la compagnie qui réclamaient également un surclassement. L’intervention des pompiers, qui a débuté le 30 juin la semaine dernière, a conduit à la suppression préventive de centaines de vols au départ ou à destination de l’aéroport de Roissy, principal aéroport français.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés Le chaos à venir dans les aéroports européens

Le monde avec Reuters

Leave a Reply

Your email address will not be published.