Bergé (LREM) est ouvert aux “compromis” mais “pas à n’importe quel prix”

La chef de file des députés LREM, Aurore Bergé s’est dite ouverte à «souplesse“Avec une opposition au projet de loi sur le pouvoir d’achat, cependant”pas à n’importe quel prix» dimanche en Dinar . «Ce ne sera pas “tout ce qu’il faut!”. S’il y avait 35 milliards de dépenses supplémentaires pour geler le prix de l’essence, ce serait une irresponsabilité absolue“, elle croit.

Dans un conseil sans majorité absolue pour Macron, «Oui, nous avons besoin de la recherche absolue et permanente d’un terrain d’entente. Mais nous ne le ferons pas à n’importe quel prix», confirme le chef du groupe LREM, désormais appelé la Renaissance. L’auror Bergé évoque d’éventuelles discussions avec «Arc républicainqui sont exclus deextrème droite“RN”extrême gauche» LFI.

A la suite de Bruno Le Maire la veille, le ministre des Comptes publics Gabriel Attal a évoqué samedi le virage pris par Le Parisien pour négocier la finalisation de cette loi, par exemple sur «Exonération de la taxe sur les heures supplémentaires‘, susceptible de satisfaire LR.’Au cours du quinquennat précédent, nous avons rétabli en partie le crédit d’impôt pour heures supplémentaires. Certains élus voudraient aller plus loin, on peut y réfléchir. Cela correspond à notre souhait que le travail rapporte plusIl dit. “Le paquet pouvoir d’achat prévoit également une allocation carburant aux salariés pouvant aller jusqu’à 300 euros pour les salaires les plus bas. Les parlementaires veulent que plus de français soient qualifiés, c’est aussi une voie, notamment au profit des classes moyennesajoute le ministre de 33 ans.

Des représentants étudient cette loi depuisMesures d’urgence en matière de pouvoir d’achatA partir de lundi en commission. Il devrait monter sur le vélo le lundi suivant, le 18 juillet. Parmi les principales mesures de cette disposition figurent une revalorisation anticipée de 4 % des pensions et prestations sociales, une augmentation de 3,5 % des salaires des fonctionnaires, et un chèque alimentaire de 100 €, auxquels il faudra ajouter 50 € chacun. Bébé. Il y a aussi une extension de la ristourne sur les carburants de 15 à 18 centimes et un bouclier tarifaire sur l’énergie, la suppression des taxes ou encore le triplement de la prime Macron (prime exceptionnelle au pouvoir d’achat, défiscalisée et non sociale).

Leave a Reply

Your email address will not be published.