En Afrique du Sud, deux fusillades dans des bars ont fait 19 morts

Deux fusillades se sont produites dans deux villes sud-africaines distantes de 500 kilomètres, dans la soirée et la nuit de samedi à dimanche. A Soweto, près de Johannesburg, les assaillants ont tué 15 personnes, dont deux femmes, qui ont ouvert le feu sur la foule. « Qui s’amusait ?tandis qu’à Pietermaritzburg, dans la région de Zulu à l’est du pays, quatre personnes ont été tuées par deux hommes qui ont tiré sans discernement sur des clients assis.

La police a été appelée dans la nuit, vers minuit, à Soweto, la plus grande ville historique de Johannesburg, au sud-ouest de la capitale économique de l’Afrique du Sud. “Quand nous sommes arrivés là-bas, 12 personnes sont mortes, elles ont été abattues”où s’est produit le drame, a déclaré à l’AFP Nonhlanhla Kobhaka, la cheffe du commissariat d’Orlando, dans le district de Soweto.

Il a indiqué tôt dans la matinée que des dizaines de blessés ont été transportés à l’hôpital et trois d’entre eux sont décédés peu après leur arrivée. Les victimes étaient de jeunes hommes âgés de 19 à 35 ans.

Lire aussi Cet article est réservé à nos abonnés « Les gens ne font pas confiance aux uniformes » : à Soweto, la milice est la police

Les enquêtes sont ouvertes, pas encore d’arrestations

Aucun détail n’a été fourni sur les agresseurs. “Ils sont arrivés et ont tiré sur les gens qui s’amusaient”décrit mje Il semble. “Selon des témoins, ils ont tiré au hasard.” Avant de repartir dans un camion blanc, Ilias Moila, chef de la police régionale a confirmé.

La police n’a procédé à aucune arrestation, mais une enquête a été ouverte. L’équipe médico-légale était toujours sur place à midi pour recueillir tous les indices possibles.

Des centaines d’habitants du quartier se sont rassemblés derrière les ceintures de la police judiciaire. Les corps ont été déplacés. Devant l’établissement, il n’y avait qu’un petit panneau annonçant les prix de la bière. Les proches en pleurs ont tenté de s’approcher mais ont été arrêtés par la police.

Beaucoup de tir

Le porte-parole de la police locale, Nikobyl Gwala, a confirmé que la fusillade dans la ville de Sweetwaters près de Pietermaritzburg a éclaté vers 20h30 dans un pub et a fait quatre morts et huit blessés. “Un groupe de personnes prenait un verre dans un bar avec une voiture garée devant [l’établissement] ‘”, a expliqué le présentateur dans un communiqué. “Deux hommes ont sauté de la voiture et sont entrés dans le bar et ont tiré au hasard sur des clients”il ajouta.

Douze personnes ont été touchées. Deux sont morts sur place, suivis de deux autres victimes à l’hôpital, a expliqué M. Jwala. Les huit autres restent à l’hôpital. L’âge des morts variait de 30 à 45 ans ; Une enquête a également été ouverte.

Selon le maire Mzimkulu Thibula, tout s’est passé très vite. Pas de vol, pas de conversation, pas de bagarre. “Chaque semaine, on apprend que des gens se font tirer dessus au hasard”L’élu a commenté, vêtu d’une veste aux couleurs de l’African National Congress, parti historique au pouvoir en Afrique du Sud. Le bar, à une vingtaine de kilomètres du centre de Pietermaritzburg, est situé dans une zone semi-rurale, à proximité d’un car-wash et d’un liquor store.

Ces faits surviennent après une année des pires violences que le pays ait connues depuis la fin de l’apartheid et l’avènement de la démocratie. Ces soulèvements ont d’abord été déclenchés par l’incarcération de l’ancien président Jacob Zuma, qui a été reconnu coupable d’outrage à magistrat et jugé pour corruption grave, dans un climat social et économique tendu.

En juillet 2021, des émeutes, des pillages massifs et la destruction de sites industriels, notamment à Johannesburg et dans la province orientale du KwaZulu-Natal, ont fait plus de 350 morts.

Lire aussi Cet article est réservé à nos abonnés Après la vague de pillages, l’Afrique du Sud a évalué la situation

Le monde avec l’AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.