La consultation commencera avant la fin de l’année

Sur le site de la Tribune à Aix-en-Provence, Olivier Dusupt, ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Intégration, n’a pas voulu donner de chronologie précise, mais que la réforme des retraites figurerait dans une feuille de route pour un come-back. Malgré une opposition syndicale massive, le locataire de la rue du Grenelle a souligné la nécessité d’une réforme rapide des retraites. Tant pis si les syndicats, tous opposés à cette réforme, mettent en garde le gouvernement contre la rentrée scolaire qui pourrait provoquer des tensions sociales. La CGT et Sud ont déposé une note de mobilisation le 29 septembre, et la France insoumise a promis d’organiser un grand rassemblement pour le pouvoir d’achat à la rentrée.

Consultation d’automne

A ce sujet, devant la presse réunie en marge des rencontres économiques d’Aix-en-Provence, Elizabeth Bourne a réitéré sa volonté de lancer le site rapidement, par la concertation. avant la fin de l’année. Comme elle l’a fait dans son énoncé de politique, la Première ministre a noté que travailler plus longtemps est le moyen de pérenniser notre système de retraite, mais aussi de trouver de la place dans le budget pour les écoles, les universités, la santé et la transformation environnementale.

“Ce qui nous permet d’avoir le modèle social, qui est peut-être le plus généreux du monde, en étant le pays dans lequel on part le plus tôt, et que le taux d’emploi des seniors soit 10, 20 points inférieur à beaucoup de nos voisins “Quelle serait la formule magique qui nous permettrait de rendre cette situation soutenable à long terme ? L’argent sur les retraites, on peut mettre sur de nouvelles mesures de protection, sur des investissements dans l’école, l’université, la santé, la transformation environnementale”, a-t-elle déclaré. .

Le Premier ministre s’est voulu rassuré. Comme dans son annonce politique publique, elle s’est bien gardée de mentionner l’âge d’ajournement.

Elle a également souligné qu’il ne s’agissait pas de faire une réforme “standardisée” – “ce serait ridicule”. Par exemple, il n’est pas question de faire travailler plus longtemps « ceux qui peuvent », comme ceux qui occupent « des emplois dans les abattoirs ou les carreleurs ». “Je ne veux pas accepter que dans certains emplois, vous finissiez votre vie brisée”, a-t-elle ajouté.

Edward Phillips juge sévèrement le Comité directeur des retraites

Quant aux hypothèses et scénarios sur lesquels reposait la réforme, Elizabeth Bourne restait floue, mais estimait qu’il n’était pas nécessaire de faire de nombreux diagnostics.

Un peu plus tôt, Edouard Philippe était invité à prendre la parole sur la tribune à Aix-en-Provence, et il s’est exprimé sur les travaux du Comité de Pilotage des Retraites, COR. « Pour tenter de restaurer la rationalité, nous avons inventé le COR, pour ramener les faits dans le débat où les mentalités et les intérêts dominent », a expliqué l’ancien premier ministre, aujourd’hui maire du Havre, « mais je note que nous ne voulons pas présumer des faits , nous aimons raconter des histoires, nous prenons des hypothèses de plus en plus larges… pour garder tout le monde à bord…

Le rapport de Cor devait être publié fin juin, mais avec les nouvelles prévisions de croissance, sa publication a été repoussée à une date ultérieure. Le gouvernement en tiendra-t-il compte?