La distribution a encore des “marges” avec lesquelles travailler, dit Mark Vesno

Samedi matin, le ministre de l’Agriculture a appelé les distributeurs à “prendre leur part” face à l’inflation.

Le gouvernement estime que face à la hausse des prix alimentaires, différents acteurs doivent faire des efforts. En réponse à une question sur France Inter, le ministre de l’Agriculture a appelé, samedi matin, les grandes enseignes à «Prendre part« Pour réduire l’inflation, notamment en multipliant les promotions qui permettent aux consommateurs d’économiser de précieux euros.

Ce lundi, le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a évoqué la possibilité de faire passer le plafond qui encadre la promotion des produits alimentaires de 34% à 50%. Un moyen de permettre aux acheteurs de profiter depromotion“, selon lui. Face aux protestations des producteurs, qui craignaient que leurs marges ne baissent trop peu, Percy s’est éloigné de la piste, quittant cette piste le lendemain.

La question fondamentale du partage de la valeur dans la chaîne reste le sujet de l’heure, comme l’a dit Mark Vesno : «Il existe un certain nombre de cas où le mécanisme qui permettrait la mise à niveau n’est pas mis en œuvre. […] Ce que l’on constate dans la plupart des cas, c’est que la grande diffusion n’est que de 21% (de la promotion maximum, ndlr)Il a ajouté que les joueurs avaient encore une marge de manœuvre pour augmenter les coupes temporaires, tout en respectant le plafond de 34% fixé par les lois Egalim, et en limitant les hausses de prix.

Récemment, de nombreux acteurs se sont interrogés sur l’effet de la hausse des prix sur les produits alimentaires. En juin, selon l’Insee, ce pourcentage atteignait 5,7 % sur un an, dont 6,2 % pour les seuls produits frais. Un niveau jugé trop élevé par certains : la commission sénatoriale des affaires économiques, qui multiplie actuellement les auditions dans le cadre des travaux du groupe de veille de la loi Egalim, a promis une première évaluation de l’inflation alimentaire le 20 juillet. Le groupe Front national à l’Assemblée nationale a demandé l’ouverture d’une enquête parlementaire surLes vraies causes de l’inflation», une idée également évoquée par le groupe CRCE au Sénat.

De son côté, Percy lâchera les commandes.secteur par secteur«sur les prix alimentaires, pour»Découvrez s’il y a des marges inacceptablesEt pour les punir, Bruno Le Maire a annoncé. La DGCCRF a également lancé “point de contact unique“Permettre aux entreprises de déclarer”anomaliedans la fixation des prix et l’identification des comportements abusifs.


voir également – Nourriture : le gouvernement fournira “une aide d’urgence de 100 euros par famille et 50 euros par enfant”

Leave a Reply

Your email address will not be published.