La justice donne cause à l’artiste Maurizio Cattelan contre le sculpteur Daniel Drouet

Le milieu de l’art contemporain français a dû payer un “neveu” de secours: le tribunal de Paris a finalement tranché vendredi en faveur de l’artiste Maurizio Cattelan, dans le procès dans lequel il l’opposait devant le sculpteur Daniel Drut, qui lui a réalisé des sculptures et se considérait comme le véritable auteur des œuvres.

Pendant quatre ans, le sculpteur français de 80 ans Daniel Druet, connu pour son travail au Griffin Museum, a combattu l’artiste conceptuel italien de 61 ans Maurizio Cattelan. Entre 1999 et 2006, le premier a réalisé neuf figures de cire d’un réalisme saisissant du second, dont beaucoup sont devenues emblématiques de l’œuvre de l’agitateur de Catelan, notamment le pape écrasé par une météorite (Neuf heures1999) et l’enfant Adolf Hitler, agenouillé en pénitence (pour lui, 2001).

Daniel Drouet, qui a été correctement payé pour ses sculptures (mais sans commune mesure avec les sommes stratosphériques que valent aujourd’hui les œuvres en question), a demandé à plusieurs reprises que son nom soit mentionné au moins dans les galeries Cattelan. Furieux que ce ne soit pas le cas, y compris pendant l’exposition N’aie pas peur de l’amour Par Maurizio Cattelan à la Monnaie de Paris en 2016, qui n’avait pas été invité à son vernissage, le sculpteur a décidé de se venger en revendiquant en justice la paternité exclusive des œuvres.

En avril 2018, le Français a déposé une plainte contre la galerie Perrotin devant le tribunal de Paris pour contrefaçon et contrefaçon, ainsi que la Monnaie de Paris pour avoir exposé quatre de ses œuvres de manière anonyme. A cette occasion, il entendait dénoncerTous les artistes qui utilisent le travail d’autres personnes pour se promouvoirCe procès affole depuis plusieurs semaines le monde de l’art contemporain. Je me suis déjà interrogé sur l’idée de création. Qui est l’auteur? Qui perçoit l’œuvre ou la personne qui la perçoit ? Metteur en scène ou interprète ?

l'oeuvre

Quand on regarde le travail de ces œuvres, il est incontestable que nous avons une expression artistique“, Bien que la “M. Cattelan, de son propre aveu, est incapable de sculpter, incapable de peindre et incapable de dessinerL’avocat du demandeur a soutenu, Je suis Jean-Baptiste Bourgeois, lors de la séance du 13 mai 2022.

La perception physique de l’œuvre est secondaire par rapport à sa conception« De son côté, a défendu l’avocat de Me Cattelan, je suis Eric Andreu.M. Drouet a le savoir-faire (…) mais ce savoir-faire ne laisse aucun choix créatif car il ne fera que suivre les instructions“, et autres”Instructions mathématiques précisesIl a ajouté que ce à quoi s’opposait Daniel Drott, selon lequel les commandes avaient été passées »vagues“.

Le tribunal de Paris n’a pas donné suite. Les juges d’instruction avaient décidé vendredi que «Pas (…) Ne prétendant pas que les directives exactes pour réglementer les poupées de cire dans une configuration particulière (…) seulement de [Maurizio Cattelan] Seul, Daniel Drouet n’est nullement en mesure – il ne cherche d’ailleurs pas à le faire – de présumer pour lui-même la moindre implication dans les choix concernant l’agencement pittoresque dudit état des poupées. (…) Ou le contenu du message qui peut être transmis à travers cette mise en scène“.

Le tribunal lui a reproché principalement d’avoir intenté une action non pas à l’origine contre l’artiste italien controversé, mais contre son représentant, la galerie Perrotin, et une institution qui a organisé une exposition de ces œuvres, la Monnaie de Paris. “Ne pas citer personnellement Maurizio Cattelan, l’auteur supposé, (…) Daniel Drouet doit être déclaré irrecevable dans toutes ses prétentions en contrefaçon‘, a estimé le tribunal.

La défense a considéré cette décision comme un exemple à suivre. “Cette décision constitue un véritable droit judiciaire dans lequel les juges, pour la première fois, perpétuent l’art conceptuel par une décision de principeDans un communiqué de presse sont écrits les avocats de la galerie Beirutin, Pierre-Yves Gaultier et Pierre-Olivier Sur.

L’avocat du demandeur, Jean-Baptiste Bourgeois, conteste cette interprétation. Dans cet arrêt,Il n’y a pas de ligne en bas du volume. C’est la fin de l’irrecevabilité, en termes de formeIl a déclaré à l’AFP.Évidemment, je regrette de ne pas avoir confié initialement Maurizio Cattelan, mais je trouve la décision sans fondement (…) Le même tribunal, la même chambre, en février 2020, dans une formation différente, a reconnu nos demandes comme recevables.‘, il se souvient.

Le tribunal a également condamné Daniel Drouet, qui réclamait 3 millions d’euros à la galerie Perrotin et 300 000 euros à la Monnaie de Paris, à payer 10 mille euros à la Galerie Perrotin, et la même somme à la Monnaie de Paris. L’avocat de Daniel Drouet envisage de faire appel ou de repartir à zéro en engageant directement Maurizio Cattelan. c’est le dernier, Qui vit à New York et n’était pas présent à l’audience du 13 mai, il n’a jamais parlé de l’affaire.

Leave a Reply

Your email address will not be published.