Olivier Veran ne soutient pas le retour immédiat du masque

15 h 52, le 10 juillet 2022

Le masque va-t-il redevenir obligatoire en France, du moins dans les transports dans un premier temps ? La question est sur toutes les lèvres, surtout après que Christian Estrosi, le maire de Nice (Alpes Maritimes), a décidé de la rendre à nouveau obligatoire mercredi 6 juillet. Mais deux jours plus tard, le tribunal administratif a suspendu la procédure, jugeant qu’elle n’existait pas ‘raisons impérieuses’ dans la situation actuelle. Côté gouvernement, l’affaire est désormais réglée, a expliqué Olivier Véran, son porte-parole, lors du grand jury sur RTL dimanche. Une décision qui va dans le sens des propos tenus par son successeur au ministère de la Santé, François Brown.

A LIRE AUSSI – “Il n’y aura pas d’action nationale obligatoire” lors du port d’un masque en transit, confirme Elizabeth Bourne

Pas d’engagement mais de la vigilance

Ce dernier était défavorable à l’obligation dans les transports, tout en la défendant. En réponse à une question à ce sujet, le porte-parole du gouvernement estime que les Français ont déjà repris leur habitude, “Vous remarquerez que c’est le retour du masque sur tous les visages.”Il est parti, malgré les regards méfiants de ses interlocuteurs, au grand jury. Mais les mots sont les mêmes, alors faites attention aux points suivants : “Le virus se propage davantage, nous sommes dans une période où il faut être plus prudent, et les Français ont intégré que, quand le virus se propage, ils ont des cas autour d’eux, et ils ne veulent pas tomber malades, alors ils se protègent.

Donc, même si l’épidémie revient à nouveau, il n’est pas nécessaire de reporter “Le masque en droit”, a confirmé Olivier Veran ce dimanche. Autre argument mis en avant par l’ancien ministre de la Santé : le fait que la France soit l’un des pays “Le plus vacciné au monde”. Nous sommes un pays bien fortifié […] Pour un nombre de cas donné, il y a moins de cas graves et moins de risque de saturation hospitalière. Tous ces critères font qu’il ne nous paraît pas nécessaire aujourd’hui de réintroduire des obligations dans le droit. » Mais s’il n’y a pas d’obligations, alors “vigilance” Il ne devrait pas en manquer.

A lire aussi – Covid-19 : La variante Omicron signale-t-elle la fin de la “super immunité” ?

Vaccination des plus vulnérables

Le 7 juillet, le responsable du Comité de pilotage de la stratégie vaccinale contre le Covid-19, Alan Fisher, a précisé sur BFMTV que non. En contrepartie de l’obligation du port du masque parce que c’est ‘politesse’. Il sera également imposé “Une façon de distinguer les âmes” Et cela aurait du sens dans certains espaces clos comme le travail et les transports. La veille, le Premier ministre avait recommandé de le placer dans ces fameux espaces clos, réfutant toute obligation. J’ai encouragé les plus vulnérables à se faire vacciner.

Un appel répété dans nos colonnes par Arnaud Fontanet, professeur d’épidémiologie et membre du conseil scientifique : “La vaccination reste l’atout premier pour protéger les plus vulnérables même si les injections sont répétées.”

Leave a Reply

Your email address will not be published.