Tour de France – Wout van Aert, orphelin de Mathieu van der Poel : “C’est plus célèbre quand je peux battre Mathieu”

Wout van Aert s’est trouvé un nouvel adversaire puissant. Face à Matthew van der Poel pendant des années, des buissons aux classiques du cross-tour, la WVA a été en confrontation assez directe avec Tadej Pogacar, dès le début de la Grande Boucle. Les deux hommes n’ont pas la même ambition : l’un rêve en vert et l’autre en jaune, et tous deux concrétisent cela après huit étapes. Mais ils ont un point commun, en plus de leur talent : leur capacité à l’exprimer pour de multiples raisons.

Samedi à Lausanne, ils ont une nouvelle fois monopolisé deux places sur le podium. Van Aert a remporté la huitième étape et Poujacar a vu Michael Matthews se mettre entre eux, après avoir remporté les deux derniers jours. La Côte du Stade Olympique n’a pas suffi à arracher le gros corps au Belge. “Parfois j’étais à la limite, dans les parties raides, avec pas mal de gars du Général, Tadej Pojjakar et mon coéquipier Jonas Vinggaard notamment, mais je savais que les 300 derniers mètres étaient plus platsAnalysez le gagnant aujourd’hui.

Tour de France

Débats du Tour : Van Aert – Pogacar… Qui a fait le meilleur début de Tour ?

il y a 17 heures

Peinture: Comment Van Aert est sorti des sentiers battus pour concevoir Matthews et Pogacar sur la ligne

“Si c’était à 100%, ce serait là”

Relancé en groupe Télévisions françaises Concernant “l’absence” du fantôme van der Poel en début de manche, Van Aert a joué la carte du regret, pas le taquet. “Il est clair pour tout le monde qu’il ne dépend pas de lui. S’il était à 100%, il aurait été là à son arrivéeLe leader du classement par points, autour du Néerlandais, est omniprésent lors du Giro de cette année et qui s’annonce biseauté depuis l’époque de la bonne inauguration à Copenhague.

Les raisons de la mauvaise forme de Van der Poel, qui a un moment envisagé de renoncer au 109e Tour de France, ne sont pas claires. Mais entre un hiver pourri dû à des pépins physiques, et le retour à la compétition attendu – et retentissant – lors de Milan-Sanremo (troisième place), la campagne des Flandres touche à sa place (Tour des Flandres en poche, neuvième à Roubaix) et la première Grand Tour terminé en hirsute : la surprise C’est d’être redressé.

Van Aert : “Je suis resté à la roue Pogacar et j’ai attendu qu’elle s’ouvre…”

Van der Poel monte en puissance (un peu)

Pendant deux jours, Matthew van der Poel a regardé moins en arrière qu’au début de la sixième étape, car il a été renversé par Peloton, déclenchant de violents combats pour la formation Secession. Vendredi, alors qu’il remontait la Planche des Belles Filles, plusieurs coureurs se sont effondrés devant lui. Puis samedi, en Suisse, son travail avec Jasper Philipsen n’a pas porté ses fruits, puisque le coureur a été écarté d’Alpecin-Deceuninck, mais s’est fait remarquer.

Wout van Aert pourrait trouver son meilleur ennemi, dans les quelques étapes de moyenne montagne qui restent à disputer dans cette 109e édition (1-24 juillet), ou encore sur les Champs Elysées. En pleine possession de leurs moyens, les deux amis pouvaient se dévisager un peu partout. Pendant ce temps, le travailleur de Jumbo-Visma a trouvé quelque chose de mieux que l’alternative, comme il se souvient en riant : “C’est encore plus prestigieux quand je peux battre MatthewMais je ne peux que vaincre les hommes qui sont là… et battre Tadej Pujakar, ce n’est pas facile non plus. “

Cette fois, Pogacar n’a pas eu le dernier mot : l’ennemi victorieux de Van Aert en images

Tour de France

Benjamin Thomas : “Tout le monde avait peur de Van Aert”

il y a 18 heures

Tour de France

Van Aert Royal, Pojacar Impérial

il y a 19 heures

Leave a Reply

Your email address will not be published.